• Y parait...

    Y parrait que "Chimères" pourrait être gagner cette semaine sur le site des Editions Flammèches garce à cet extrait....

     

    « Quand Hector s’aperçut que la modeste chaumière était presque en ruine, son cœur se serra. Il piqua son cheval qui s’élança au galop. Était-il arrivé malheur à ses parents et à ses sœurs ? Que s’était-il passé pour que la maison soit dans cet état ?

    À quelques pas de la porte, il bondit de sa monture et se précipita à l’intérieur.

    Dans l’unique pièce qui composait la masure, une femme vêtue de haillons sursauta et cria. Elle serra encore plus fort le bébé qu’elle tenait dans ses bras. Son visage était tiré par une vie rude et par les souffrances. Malgré les années écoulées, Hector la reconnut aussitôt.

    — La mère ! s’écria-t-il.

    La fermière se mit à pleurer. Son fils la rattrapa de justesse avant qu’elle ne tombe en pâmoison avec l’enfant. Avec délicatesse, il conduit sa mère sur la modeste paillasse qui servait de lit. À moitié inconsciente, elle n’avait plus la force de soutenir son nourrisson. Hector s’en saisit. Il caressa la petite tête emmaillotée. Malgré la situation précaire, il ne résista pas à l’idée de savoir s’il avait une frangine ou un frangin.  C’était une petite fille. Une sœur. Une sœur qu’il n’avait jamais connue. Un sentiment de tendresse l’envahit. Quel plaisir de découvrir ce petit bout de chou ! Ses pensées revinrent à sa mère. Elle semblait malade. Il ré-emmitoufla le bébé puis la déposa auprès de la fermière, sur le lit. Il sortit  pour recueillir de l’eau dans le puits.        

    Après avoir pris soin des deux femmes de sa famille, il entreprit de ranger un peu la masure. L’endroit était dévasté. Plusieurs trous perçaient le toit de chaume, certains murs menaçaient de s’effondrer. Il n’y avait plus de bois pour l’âtre de la cheminée. Une table et quelques tabourets, ainsi que le lit, constituaient le seul mobilier présent. Tout paraissait plus sombre, plus pauvre que dans ses souvenirs. Où était son père ? Et ses deux autres sœurs ? »

    « Les cavaliers afghansRécit d'un voyage à pied à travers la Russie... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :