• Vénus et Caïn, figure de la préhistoire 1830-1930

    "Vénus et Caïn, figures de la préhistoire 1830-1930" est le catalogue d'exposition (du même nom) proposé à Bordeau en 2003.

     

    Résumé :

    Vénus déesse grecque de l'Amour. Par extension, c'est ainsi que l'on nomme les sculptures féminines paléolithiques, dont les formes généreuses exaltent l'abondance et la fertilité.

    Caïn fils aîné d'Adam et Ève, assassin de son frère Abel.

    Il est le premier être né d'une femme et d'un homme, mais aussi le premier meurtrier, le premier cultivateur, le premier errant et le premier constructeur de ville. Il incarne la responsabilité humaine.

    Ressuscitant cette femme et cet homme, figures tutélaires de l'histoire de nos origines, l'exposition Vénus et Caïn, figures de la préhistoire, 1830-1930 retrace les premiers pas de la préhistoire, entre 1830 et 1930, à la fois discipline scientifique naissante et source d'inspiration artistique.

    Vénus et Caïn, figure de la préhistoire 1830-1930

    Avis :

    Un livre absolument génial !

     

    J’ai emprunté ce livre dans le cadre des cours que je suis. L’idée était savoir « comment » représenter la préhistoire et avoir un regard critique sur les productions.

    Cet ouvrage évoque donc la manière de voir la préhistoire à ses débuts, la conception et les recherches des peintres, sculpteurs ainsi que les idéologies qui ont pu circuler.

     

    Plusieurs sujets sont évoqués. Il y a bien sûr la « naissance » de la préhistoire au XIXe siècle et les contradictions que cela entraine avec les récits bibliques. Il est important de remettre les choses dans le contexte de l’époque, ce que le livre fait très bien.

    Ensuite, il évoque la vision des hommes préhistoriques, avec toutes les idées raciales, anthropologiques et ethnologiques de l’époque. Des hommes plus anciens que la bible, certes, mais des blancs ou des noirs ?

    Dans ces visions, il y a aussi la manière dont les auteurs ont rapporté les mœurs de l’époque, surtout pour la vision de la femme, Vénus.  Je crois que tout le monde sait ce que représente cette déesse grecque. Mais si la femme préhistorique est « juste bonne à violer » puis à « être mère », les hommes préhistoriques sont donc Caïn, plus proche de la bête que de l’homme à proprement parlé. Nos vrais ancêtres n’étaient pas ces « êtres sauvages ».

    Bref, tout un pan d’Histoire, de Préhistoire et d’Histoire de l’art qui se présente à nous, sans oublier l’aspect social et scientifique.

    La dernière partie présente des œuvres de différents artistes : motivation, méthode, etc. Peut-être la partie la moins intéressante au final.

     

    Le tout est superbement illustré, mais les revois vers les illustrations sont parfois assez chiantes, car évoqué par seulement le numéro de figure. C’est désagréable de devoir parcourir la moitié du livre pour trouver le tableau dépeint.

     

    Quoiqu’il en soit, un livre très intéressant que je ne peux que recommander à tout le monde, car très accessible dans sa lecture.

     

    Un vrai plaisir que j’ai dévoré en deux jours.

    « Les aventures de Zak et Crysta...Le choix de la Gargouille »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 1er Mai 2014 à 12:00
    Il a l'air très intéressant ! Si je tombe dessus je le lirai avec plaisir :)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :