• Cela fait bientôt un mois que les spéculations sur le titre français du prochain Star Wars vont bon train. Au premier abord, c'est simple : The Last Jedi, Le Dernier Jedi. 

     

    Petite surprise aujourd'hui, la traduction officiel : Les Derniers Jedi.

    Et le titre français est...

     

    De quoi spéculer encore pendant un bon moment !


    votre commentaire
  •             Découvrant ma passion pour Star Wars, beaucoup de personnes me demandent dans quel ordre les visionner. La question peut être anodine, mais pour quelqu’un qui n’y connait pas grand-chose, il est assez compliqué d’enter dans une saga qui se compose de pas moins de 7 films (pour l’heure) et désormais un spin-off.

     

    Petit point lexical :

    — La Prélogie (prélo) : comporte les épisodes sortis entre 1999 et 2005, soit l’épisode I La Menace Fantôme, l’épisode II L’Attaque des Clones, et l’épisode III La Revanche des Sith.

    — La Trilogie (trilo) : comporte les épisodes sortis entre 1977 et 1983, soit l’épisode IV Un Nouvel Espoir, l’épisode V L’Empire Contre-Attaque, et l’épisode VI Le Retour du Jedi.

    -La Postlogie (postlo) : comporte actuellement l’épisode sorti en 2015, soit l’épisode VII Le Réveil de la Force (à noter que l’épisode VIII, The Last Jedi, sort en fin d’année et que le IX sortira en 2019).

     

    Je vous propose donc trois manières de vous plonger dans l’une des plus grandes sagas de SF. À noter que dans un premier temps, je mets volontairement le spin-off Rogue One de côté. Nous en reparlerons dans une seconde partie.

    Je tiens à dire qu’aucun visionnage n’est meilleur que l’autre, ils ne sont que des moyens d’aborder le sujet. Par ailleurs, si vous avez d’autres propositions, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

      

     

    1) L’ordre chronologique des sorties cinéma.

    La sortie des trois trilogies s’étale sur plus de 40 ans, par vague. La première débuta avec la Trilogie en 1977, la seconde en 1999 et la troisième en 2015. Dans ce cadre-là, le visionnage se fait dans cet ordre :

    1977 : épisode IV Un Nouvel Espoir,

    1980 : épisode V L’Empire Contre-Attaque,

    1983 : épisode VI Le Retour du Jedi,

    1999 : épisode I La Menace Fantôme,

    2002 : épisode II L’Attaque des Clones,

    2005 : épisode III La Revanche des Sith,

    2015 : épisode VII Le Réveil de la Force.

     

    Ce visionnage possède un certain inconvénient. En effet, l’ancienneté de la Trilogie avec ses effets visuels un peu passés (mais qui ont bien moins vieilli que d’autres films) peut rebuter le spectateur. Et donc ne pas l’inciter à pousser ses visionnages.

    Cependant, la Trilogie représente la « base » de la saga, car c’est par elle que tout a commencé. De plus, elle fait partie des « classiques » du genre. Sans dire qu’il faut aimer, je pense qu’il est important de les voir une fois dans sa vie pour le principe de la culture G.

      

    2) L’ordre chronologique des épisodes.

    Second type de visionnage très basique, celui suivant la chronologie de l’histoire narrée par les films. Ce qui donne donc :

    Épisode I La Menace Fantôme,

    Épisode II L’Attaque des Clones,

    Épisode III La Revanche des Sith,

    Épisode IV Un Nouvel Espoir,

    Épisode V L’Empire Contre-Attaque,

    Épisode VI Le Retour du Jedi,

    Épisode VII Le Réveil de la Force.

     

    L’inconvénient de cet ordre vient de la Prélogie, très décrié pour diverses raisons (ce qui n’est pas mon cas), qui pourraient empêcher le spectateur d’aller plus en avant. De plus, le fait de découvrir l’histoire d’Anakin Skywalker dès le début cassera une scène plus que culte de l’épisode V. Enfin, la grosse différence d’univers visuels (et les effets spécieux bien plus vieillis de la Prélo que de la Trilo) peut aussi rebuter.

    C’est peut-être le visionnage le plus « faible » d’une certaine manière, mais il permet de mieux suivre tous les événements et d’établir de meilleurs liens entre les personnages.

     

     L’  3) L'ordre « des fans ».

    Avant toute chose, il faut savoir que cet ordre possède plusieurs noms. Si j’utilise celui-là, c’est parce qu’on me la présenter ainsi. Chacun est libre de l’intituler à sa guise.

    Autant dire qu’il est particulier, voyez plutôt :

     

    Épisode IV Un Nouvel Espoir,

    Épisode V L’Empire Contre-Attaque,

    Épisode I La Menace Fantôme,

    Épisode II L’Attaque des Clones,

    Épisode III La Revanche des Sith,

    Épisode VI Le Retour du Jedi,

    Épisode VII Le Réveil de la Force.

     

    Soit les deux premiers épisodes de la Trilo, la Prélo, le dernier épisode de la Trilo, puis la Postlo.

    Étrange n’est-ce pas ? Cet ordre parait incongru. Pourtant, pour l’avoir expérimenté, je vous assure qu’il marche très bien et qu’il propose une lecture très intéressante de la saga. Son intérêt réside dans deux points : le flash-back vers le Prélo que provoque la révélation de la fin de l’épisode V (avec l’idée « comment en sommes-nous arrivés là ? »), et l’enchainement entre l’épisode III et l’épisode VI qui fonctionne très bien.

    Ceci dit, on retrouve les défauts des deux premiers types de visionnages. De plus, je pense que cet ordre n’est pas le plus simple pour le néophyte.

     

    4)       4) Le cas Rogue One.

    Fin 2016 sortait le premier spin-off de l’univers Star Wars (les deux films avec les Ewoks n’étant plus canon et n’ayant pas forcément d’incidence dans l’univers, je les exclus volontairement, mais ils sont à découvrir, lol et wtf assuré) : Rogue One, qui narre le vol des plans de l’Étoile Noire, juste avant le début de l’épisode IV Un Nouvel Espoir.

     

    Ce film s’inscrit facilement dans l’ordre chronologique des sorties, mais il pourra gêner le spectateur s’il n’est pas au courant qu’il ne s’inscrit pas vraiment dans le cadre de la saga familiale.

     

    Pour l’ordre du déroulement de l’histoire interne de la saga, le film devrait de positionner entre la fin de la Prélogie, épisode III La Revanche des Sith, et le début de la Trilogie, épisode IV Un Nouvel Espoir. Le petit désavantage, c’est que l’on sort un peu de la saga familiale. Cependant, le changement entre l’image plus actuelle du spin-off et celle plus ancienne de la Prélo portait entrainer un blocage.

    Ceci dit, cela peut être une pause bienvenue.

     

    Pour l’ordre « des fans », Rogue One devient intéressant. En effet, l’enchainement entre ce spin-off et l’épisode IV se fait très bien (si vous n’avez pas testé, il faut le faire). Malheureusement, on retrouve les défauts liés aux deux autres types de visionnages. Sans compter qu’entrer dans l’univers Star Wars sans débuter par la saga familiale peut entrainer des incompréhensions à cause de la différence de ton entre les épisodes et ce spin-off

     

    Au final, que faire ?

     

    Je n’ai hélas pas de réponses à fournir. Personnellement, j’ai déjà effectué les trois types de visionnages. Ils me plaisent tous, mais j’avoue une certaine affection pour l’ordre « des Fans » qui offre une vision très agréable de l’ensemble des trois trilogies.

    Je pense que le choix du visionnage doit correspondre à vos envies. Le seul vrai conseil que je pourrais vous donner est de commencer les trilogies au moins par leurs premiers épisodes : I, IV et VII. S’il est vrai que chaque film est relativement indépendant et peut se voir sans connaitre l’épisode d’avant, il me parait opportun de tenter au moins de suivre un minimum un ordre.

     


    votre commentaire
  • Dans un premier temps, je vais mettre les points sur les I.

    Cet article que je consacre à Kylo Ren n’est que mon analyse du personnage tel que je le perçois dans le Star Wars épisode VII, The Force Awakens. En aucun cas, je ne prétends que cette analyse soit LA Vérité vraie qui fait que j’ai raison. Néanmoins, j’ai essayé de faire une analyse en fonction de ce que je vois, de ce que les personnages se disent et leur action.

     

    Kylo Ren. Ce personnage est Le Méchant, si déprécié de la postlogie. Et pourtant il est construit avec une subtilité qui saute aux yeux… ou alors tellement mal fait que personne ne le voit.

     

     1) La genèse :

     

    Dès l’annonce de nouveaux Star Wars, les rumeurs à propos du futur grand méchant sont tombées : un Vador bis !

    Mais peut-on vraiment imaginer un Dark Vador bis ? Non.

    Dark Vador, il n’y en a qu’un ! Le personnage de Vador, c’est plus qu’un simple antagoniste adulé par les fans. C’est une légende ! Une icône. Aucun autre héros de SW ne peut prétendre à un tel titre. Et là, on touche du doigt le premier problème de Kylo Ren. Un nouveau méchant avec un charisme qui pourrait égaler voire dépasser Vador ? Impossible. Donc, partir dans l’objectif de faire un Vador bis relevait de la folie. Surtout que certaines personnes dans la production partaient avec l’idée de refaire des SW (et pas de nouveau SW) et de prendre soin de faire, plus ou moins, disparaitre les apports de la prélogie. C’est là qu’il y a eu une idée brillante : faire du nouveau méchant une pâle copie de Vador.

     

    2) Kylo Ren, ou la déconstruction d’une pâle copie

     

    a)      Oui, c’est un neo-vador

    Dès le début du film, de nombreuses similitudes avec Vador apparaissent : la sortie d’un vaisseau, la fumée, les troopers qui l’encadrent, le tout avec une musique qui le met en valeur. Le film nous présente un « nouveau » Vador dans les codes visuels. De plus il fait preuve d’une grande maitrise de la Force en stoppant le tir de fusil de Poe Dameron, ne fait preuve d’aucune pitié en ordonnant le massacre des villageois et n’hésite pas à tuer un vieil homme désarmé sans état d’âme – la scène pourrait d’ailleurs être comparée à l’exécution d’Obi-Wan Kenobi par Vador.

     

    Les deux autres scènes qui suivent continuent de nous le présenter sous des traits néo-Vadorien. On le voit interroger Poe Dameron avec succès, là où Vador échoue sur Leia   : il surpasse son référent ! La scène suivante présente la conversation – tendue — avec le Général Hux après l’évasion de Poe et Finn. Cette séquence-là n’est pas que pour faire un parallèle avec Vador et Tarkin. Nous constatons juste qu’elle est bien moins « cordiale » puisque les deux personnages se menacent mutuellement. 

    La mise en place du personnage est faite, laissant croire que Kylo Ren est le digne successeur de Vador.

     

    b)      Le début de l’effritement

    La déconstruction commence lorsque le lieutenant Mitaka vient lui annoncer que BB8 a fui avec Finn et « une fille ». Le spectateur, assuré d’avoir un nouveau Vador sous les yeux, s’émeut des inquiétudes du lieutenant. Vador punissait les échecs par un broyage de gorge en règle. Mais Kylo « choisit » de se défouler sur la console de bord. La première faille du personnage apparait. Il laisse libre cours à sa colère et prend une forme très peu vadorienne. Si le lieutenant a le droit à son petit étranglement par la suite, il en réchappe sans une réelle égratignure. Et de nombreuses scènes suivantes montrent que Kylo n’a pas les épaules de son grand-père.

    Snoke signale ses craintes à l’idée d’une rencontre entre son protégé et Han Solo, son père. « We will see » dénote bien un manque de confiance du Leader dans son élève. Kylo confirme ces doutes quand il appelle son grand-père à l’aide (scène face au casque). Le personnage commence à s’effriter.

     

    c)      La symbolique des masques

    Vador est une icône et son casque/masque est un élément clé du personnage. Tout le monde connait ce casque. Vador s’identifie par son casque. C’est l’image du personnage, la manifestation de l’horreur qu’il inspire. Cependant, à quoi lui sert ce masque ? Contrairement à ce que beaucoup s’imagine, le casque, bien qu’il inspire la peur, n’a pas pour fonction première de susciter l’effroi. Non, il sert à Vador à survivre. Luke le dira d’ailleurs à la fin du Retour du Jedi quand Vador lui demande de le lui retirer : « Mais vous allez mourir », alors que Vador est déjà mourant. Est-ce que Vador aurait été aussi craint s’il avait gardé son visage d’Anakin Skywalker ? Rien n’est moins sûr.

     

     

    Le masque de Kylo joue le même rôle symbolique : susciter la crainte. Qu’attendions-nous donc sous ce fameux masque ? Un visage pâli et déformé comme celui de Vador ? Il n’est dit nulle part que Kylo ait pu avoir un problème de ce genre. Un visage haineux crachant sa méchanceté comme un serpent ? Le film nous a bien montré que le personnage n’est pas une boule de haine à la Dark Maul.

    Il est donc évident que la découverte du visage du jeune homme soit choquante, car celui-ci est absolument banal. Après j’admets que le côté brushing parfait et sa tête d’adolescent aient pu aussi secouer un public qui ne s’y attendait vraiment pas.

     

     

    Ceci dit, son visage trop sage permet de casser définitivement cette idée que nous avons affaire à un nouveau Vador : le masque, source d’effroi, n’est là que pour cacher un manque de charisme et ne représente qu’un hommage du petit-fils cherchant – sans succès – à marcher dans les pas de son grand-père.

     

    d)     Hux, plus neo-vadorien que Kylo

    Je me permets une digression vers le personnage du Général Hux, personnage trop réduit à son image de nazillon (qui n’est pas complètement faux). À partir du moment où Kylo se relève comme une ombre de Vador, Hux gagne en puissance. En effet, le général, d’âge similaire à Kylo, est froid, déterminé, n’a pas la gueule de minet de Kylo et fait presque autant preuve de cruauté que de self-control (il reste calme alors que la base Starkiller est en train d’imploser). Hux est beaucoup plus vadorien que le personnage qui revendique l’héritage du seigneur sith. Si le général avait possédé un masque, je pense que le nouveau Vador, c’était lui. La Force en moins bien sûr.

    Et c’est dans cette opposition avec Kylo que Hux est très intéressant. Il permet par ailleurs d’appuyer le sentiment de déception du spectateur vis-à-vis du « néo-vador » raté. De plus, par les relations conflictuelles qu’ils partagent, Hux et Kylo forment un binôme plus intéressant qu’au premier abord.

     

     

    e)      Le miroir se brise

    La scène qui met définitivement fin à l’idée que Kylo Ren est un néo-Vador est l’interrogatoire de Rey. En effet, la jeune femme ne se contente pas de le mettre en échec – puisque Kylo ne parvient pas à extraire de sa mémoire les informations souhaitées —, pis elle le perce à jour en rentrant dans son esprit. Par ailleurs, elle ne fait que confirmer ce que nous venons de découvrir : Kylo a peur de n’être jamais aussi fort que Vador. Kylo sait donc qu’il n’est pas à la hauteur de ce qu’il tente de montrer.

    Il n’est pas un nouveau Vador.

     

    La suite du film appuie cette découverte : son comportement puéril face à Snoke, ainsi qu’à Hux (rappelez vous l’expression contrariée de Kylo quand Hux arrive dans la salle du conseil en déclarant que le droïde est perdu, car Kylo ne l’estimait plus essentiel) ; le non-respect des stormtroopers qui font demi-tour alors qu’il démonte la salle d’interrogatoire.

    La scène tragique avec Han confirme que nous avons affaire à un personnage en souffrance, agissant sous influence et vivant dans un doute perpétuel – ce qui n’est pas le cas de Vador. Kylo s’interroge s’il peut faire le « bon » choix. Tout comme Vador s’interroge lorsque l’Empereur électrocute Luke, pour finalement prendre « la bonne décision ». La question est de savoir si Kylo a fait le bon choix de tuer son père pour se libérer de « sa peine »… La réponse nous sera certainement donnée dans l’épisode VIII (mais personnellement, j’ai peu de doute sur la réponse).

     

    f)       Kylo, une brêle au sabre laser ?

     Il est possible de dire que Rey donne le coup de grâce à Kylo, comme simple pâle copie, lorsqu’elle le bat au sabre. Cependant, les capacités au sabre laser de Kylo sont inconnues. Ces seules actions au sabre sont de tuer un vieux désarmé, renvoyer quelques tirs de Rey sur Takodama (Luke parvient à le faire avec une boule d’entrainement après quelques minutes). Rappelons lors du duel final, il a déjà reçu un coup d’arbalète laser (le film nous montre trois fois son efficacité) dans le ventre : c’est loin d’être une petite blessure anodine.

    Lorsque Finn attaque Kylo, ce dernier joue avec lui. Dès que le jeu tourne mal quand Finn le blesse, Kylo met un terme au combat en moins de deux coups. Rey l’affronte donc alors qu’il est blessé au ventre et au bras. Et si elle arrive à le battre, c’est aussi parce qu’il n’était pas en pleine possession de ces moyens.

    Sur ce point-là, il n’y a aucune comparaison avec Vador à faire. Mais il semble évident que Kylo n’est pas un grand bretteur.

     

    Conclusion :

    Kylo Ren un nouveau Vador ? On voit bien que non. Le film a joué avec l’image d’un méchant adulé et que tout le monde attendait de revoir. Le personnage est admirablement bien construit, car on le voit se déliter au fur et à mesure du film.

    Au final, le grand reproche qui lui est fait, celui de n’être qu’une copie ratée de Vador, est justifié, car c’est ce qu’il est.

     

     


    3 commentaires
  • Star Wars episode VIII : the title is....


    votre commentaire
  • Comme la veille, nous nous sommes rendues tôt à l'Excel pour obtenir nos bracelets pour le Panel sur Star Wars Rebels et puis faire la queue avant l'ouverture officiel de la convention.

    Une fois à l'intérieur, Xian est allée à la boutique officiel compléter quelques achats et Salyna a foncé au XLab d'ILM afin d'obtenir des places pour l'une des séances. Nous en reparlerons plus bas (passage à 14h15 et 15h30). La Force était avec elle car c'était une place par personne : elle a réussi à en prendre une pour Xian.

     

    Ce premier matin, nous avons explorer plus en détails les allées de la conventions. Nous avons profiter de l'occasion pour faire des photos avec la reproduction du speeder de Rey. Puis nous avons pris le temps d'aller voir les expositions de casques, les tatoueurs et les artistes...Et encore les boutiques...

     

    SWCE Day two

    SWCE Day two

    Dans l'après-midi, nous avons donc testé le fameux Xlab : une expérience de réalité virtuelle immersive. Oh putain la vache ! C'est un truc de fou ! Avec les lunettes et le casque, nous étions vraiment dans SW, sur Tatooine ! Nous avons vu le Faucon Millemium passé à deux cheveux de nous (Salyna a presque manqué de se faire écraser !). Il y avait R2 et il nous a donner un sabre laser pour lutter contre des stormtroopers ! Pas si facile que ça de renvoyer des tirs de blasters !

    Franchement, cela a été une superbe expérience !

     

    Puis est venu le grand moment de la journée : le panel Rebels !

    Et le panel fut animé ! Surtout avec l'arrivée du trailer de la saison trois et l'officialisation du retour du Grand Amiral Thrawn (on a perdu Salyna a ce moment là) ! Que d'émotion !

    En tout cas, cette nouvelle saison plus tournée vers Ezra et Sabine semblent très prometteuses ! Vivement la fin d'année pour la voir dans son intégralité ! Nous avons vu les deux premiers épisodes.

     

     

    Après ce moment riche en émotion, nous en avons profité pour aller faire l'exposition sur les costumes de Rogue One. Les pièces n'étaient pas très nombreuses, mais c'était très plaisant (au vu des litres de bave que Xian a laissé sur le costume de Krennic).

     

    La fin de la journée s'est passée dans la joie et la bonne humeur avec la diffusion de The Force Awakens. Encore un vrai bon moment de plaisir ! Surtout que c'était la première fois que l'on voyait cet épisode entouré d'une horde de fan en délire. Ca applaudissait au moins toutes les dix minutes !

     


    votre commentaire
  • Il y a des réveils moins compliqués que les autres. Et l'on peut dire que celui du 15 juillet le fut. Bien sûr, il fut un peu dur quand nous avons découvert le drame de Nice. Mais ce matin là, il ne nous a pas fallu longtemps pour sortir du lit, nous préparer avec toge et ysalamiri et prendre le chemin de l'Excel Center.

    SWCE Day one !

     

    SWCE Day one !

    Notre première surprise fut la très bonne organisation : une première queue très rapide (il était pas encore 8h et la Convention ouvrait à 10h) pour l'inspection des bagages (ni armes, ni produits illicites...). Puis entres deux queues très rapides pour récupérer les bracelets qui permettaient d’accéder aux différents panels : celui de Mark Hamill ! et celui de Rogue One. Hélas, pour ce dernier, nous n'avons eu que des places pour une des salles en streaming (des fous ont campé dans l'Excel pour avoir une place dans la salle principale).

    SWCE Day one !

    Puis direction les files d'attentes avant l'ouverture. Ce fut probablement les plus grosses queues que nous avons fait. Mais comme tout était super bien organisé, cela n'a pas été désagréable.

     

    SWCE Day one !

    Comme nous sommes bien organisées : nous avons fait opération dispersion dès notre entrée pour acquérir ce que nous voulions à la boutique officielle (probablement nos plus grosses dépenses) et pour les Pop! exclusifs de la célébration. Les bras déjà bien chargés, nous nous sommes rendues au panel de Mark Hamill.

    SWCE Day one !

    PUTAIN ON A VU LUKE SKYWALKER !!!!

    SWCE Day one !

    Il a beaucoup d'humour et d'auto-dérision. Il nous a aussi bien nargué en disant qu'on était là pour qu'il nous parle de SW mais qu'il avait "pas le droit" de nous en parler ... pour l'épisode 8 du moins.

    Le panel a été une foire aux questions par les fans.

     

    Après un premier panel riche en émotion (putain, on a vu Luke Skywalker en vrai), nous avons quand même fait un tour dans les divers stands (ou entre du mal pour nos portes-monnaies) où nous avons fait pas mal d'achats tout en restant raisonnables (non parce que bon, Xian a presque perdu la tête dans cet antre...)

     

    L'après-midi, c'était le panel Rogue One, le plus attendu de cette celebration. Comme dit plutôt nous n'avons été que dans une salle en streaming. .Mais cela ne nous à pas empêcher de profiter de ce moment avec le "mini-making off" présenté à cette occasion. Oh que c'était bon ! Ce film annonce du pâté ! J'espère qu'on en prendra vraiment plus les yeux en décembre. Parce que sinon, la déception va être grande !

     

    Nos petits cœurs ont quand même saigné de ne pas se trouver dans cette salle principale car ce n'était qu'autre que le Capitaine Brienne de Phasma (ou Phasma de Tarth comme vous voulez) qui animait ce panel, que tout le casting que cet opus était là dont Mads Mikkelsen (le petit coeur de Salyna a beaucoup saigné, comme fan de SW et cinéphile), et que le Director Orson Krennic (Ben Mendelsohn) nous a donné une leçon d'apparition public (Bref, Xian est déjà amoureuse)

    Le seul petit bémol de ce panel concerne la diffusion du second trailer de Rogue One. Oui, un second trailer (qui circule en grugé sur le net) : si la salle principale a pu en profité grassement, ce n'est pas le cas des salles en streaming où nous n'avions qu'on plan d'une caméra sur l'écran de la salle principale...Shit !

    Mais grosse consolation : distribution du nouveau poster de Rogue One à celles et ceux qui assistaient au panel ! Merci !

     

    SWCE Day one !

    Après ces émotions, nous avons encore déambulé dans les allées, fait des photos de cosplayers. D'ailleurs, nous avons pu nous rendre à la compétition de cosplay organisé ce jour là (c'est d'ailleurs bien dommage qu'elle ait eu lieu le premier jour car il y a eu du lourd durant toute la convention). Et nous pouvons dire que nous en avons prit plein les mirettes ! On a du mal à croire que certaines costumes soient fait pas des "amateurs" tant les techniques de réalisation demandent des connaissances professionnelles. Et ce qui ait sûr, ce que nous n'aurions pas voulu être à la place des jurés ! Parce qu'il y avait vraiment, mais VRAIMENT du lourd !

     

    Et la journée s'est terminée par la diffusion, le soir, d'Un nouvel espoir. Et même si nous avons arrêté de compter nos visionnages, il n'y a rien de plus fun que mater un SW sur grand écran avec une horde de fan !

    Générique de début : applause !

    Leia apparait avec R2 : applause !

    Vador apparait : tonnerre d'applause !

    Luke apparait : ...

    Ben Kenobi apparait : applause !

    Han apparait : applause !

    Ca hurle Han shot firt...

    Bref, je passe mais tout le film est comme ça ! Un vrai régal !

     

    Bilan : une super méga première journée ! Une budget bien entamé mais pas partie en fumée ; des panels géniaux avec des étoiles pleins les yeux !

    Les autres panels du jours sont disponible ici


    votre commentaire
  • Et voilà, c'est fini ! La Star Wars Celebration Europe se termine.

    Nous avons passé 3 jours extraordinaires, forts en émotions et révélation sur les différents médias Star warsiens.
    La SWCE était très bien organisée, félicitation à tout le staff qui doit être encore plus épuisé que nous.

    Nous ferons des résumés plus complets dès que nous aurons plus de temps et un pc qui ne rame pas.


    votre commentaire
  • Deuxième journée de tourisme à Londres. Visites studieuses puisque nous avons visité le British Museum et la Tate Gallery.

    Nous n'avons pas tout visité au British puisqu'il faudrait bien plus qu'une matinée pour tout voir. Comme nous sommes arrivées tôt, nous avons pu profiter des momies égyptiennes avant que la foule n'empêche toutes photos. 

    SWCE D-1

    Après la visite a suivi les envies de Xian l'archéologue. Un petit tour par les salles japonaises et mexicaines ont conclu cette expédition forte agréable.

    SWCE D-1

    L'appel de l'estomac se faisant pressant, nous nous sommes rendu dans un petit restaurant en face de Westminter où nous nous sommes sustentées, accompagnée par une bonne bière.

    SWCE D-1

    Nous avons ensuite gagné la Tate Gallery pour y découvrir les pré-raphaélites dont on nous rabâché les oreilles depuis plusieurs semaines et le œuvres de Turner. Manque de bol, une partie des salles consacrées à Turner étaient fermés pour restauration.

    SWCE D-1

    Nous avons donc été un peu déçu .

    Comme nous avions un peu de temps, nous sommes allées flâner le long de la Tour de Londres et Tower Bridge.

    SWCE D-1

    Et en récompense de cette belle et longue journée bien remplie, nous sommes allé récupérer nos pass 3 jours pour la Star Wars Celebration qui commence demain !

    SWCE D-1


    votre commentaire
  • La première bonne nouvelle de la journée fut le genou de Salyna qui allait mieux. Espérons que cette affaire de genoux se règle au mieux dans les jours à venir.

    Ce matin, nous nous sommes rendues au Musée Sherlock Holmes au 221b Baker Street. Ce musée est payant : 15£.  Cela est un peu cher pour ce que c'est : le musée est assez petit et on en fait vite le tour. Mais l'endroit est très agréable avec de belle reconstitution des pièces de la pension de Madame Hudson : chambre de Holmes, le salon, le cabinet de Watson. Au dernier étage, plusieurs personnages de cire vous attendent, dont le Napoléon du Crime, le professeur James Moriarty (autant dire que Xian était au ange).

    Nous pensions que vous y passerions la matinée, mais le musée se boucle en une vingtaine de minute. Bref, ayant fait l'ouverture (et donc peu de queue), nous avons continué notre programme.

    SWCE D-2

     

    Après le moment shopping d'usage au Musée Sherlock, nous avons arpenté les rues de la capitale anglaise pour nous rendre au Muséum d'Histoire Naturelle. Nous en avons profité pour faire une petite balade dans Hyde Park et profiter du soleil londonien (si si, ça existe).

    Le musée possède quelques pièces d'exceptions comme les plésiosaures et ichtyosaures de Mary Anning ou encore l'archéoptéryx. Mais globalement, il est un peu décevant. La majorité des collections sont assez communes. Cependant le bâtiment est superbe et cela permet de ce plonger dans un autre temps. Nous n'y sommes rester que 3h, le temps de faire le tour de ce qui nous intéressait.

    SWCE D-2

    D'ailleurs, il s'y est passé de drôle de chose...

    SWCE D-2

    La suite de notre expédition nous a conduit sur Oxford street; où nous avons été faible au Disney store....

    SWCE D-2

     

    La fin de la journée c'est conclue avec un super fish and chips.

    SWCE D-2


    votre commentaire
  • Nous sommes bien arrivée à Londres après un voyage assez long mais sympathique. Nous avons emprunté pour la première fois le tunnel sous la Manche avec l'Eurostar. A noter que le tunnel est assez « petit », à peine 20 min, pour le plus grand plaisir de Xian qui parfois quelques relents de claustrophobie.

    SWC D-3

    SWC D-3

    De plus, la jambe abimée de Salyna a bien tenu le coup !

    SWC D-3

    Demain, c'est tourisme !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique