• Rouge de Paris

    "Rouge de Paris" est un roman de Jean-Paul Desprat. C'est le troisième tome d'une série.

     

    Synopsis :

    1789. La manufacture de porcelaines de Sèvres vient d’entrer dans la Révolution. La plupart des clients fortunés ont fui la France et les commandes deviennent rares. Bientôt, les ouvriers ne sont plus payés, les premières grèves ont lieu, un comité révolutionnaire se constitue. Au cœur de ce fracas, une jeune femme vient d’être engagée comme peintre à la manufacture : Adèle, fille d’Anselme Masson qui a percé autrefois les secrets du kaolin et fait la fortune de la vieille maison. Prise dans le tourbillon d’idées nouvelles dont Paris est le centre, elle fait la connaissance de Mirabeau, dont elle tombe éperdument amoureuse, tandis que la manufacture s’enfonce dans la crise. Adèle parviendra-t-elle à sauver Sèvres du naufrage ?

     

    Avec Rouge de Paris, Jean-Paul Desprat livre le dénouement d’une grande saga romanesque, historique et familiale, commencée avec Bleu de Sèvres (Seuil, 2006), puis Jaune de Naples (Seuil, 2010), qui nous entraîne au cœur du XVIIe siècle, de la cour de Louis XV à la chute de la monarchie.

    Rouge de Paris

    Critique :

    « Rouge de Paris » est un livre extrêmement riche, voire même trop.

     

    J’avais quelques appréhensions pour ce livre. La Révolution française n’est pas ma période de prédilection. Mais bon, ce n’était pas un frein. Ensuite, cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de roman historique. Et pour terminer, je m’étais aperçue après coup que c’était le dernier tome d’une série. Bien sûr, je n’avais pas lu les deux tomes précédents. Je craignais donc de me perdre avec une foule de personnages dont j’ignorais tout. Je reviendrai plus tard sur ce point.

    Je dois malheureusement avouer que ce livre ne m’a pas plu.

     

    Commençons par les bons points de ce livre. Comme je viens de le dire, j’avais peur de me perdre, car je n’avais pas lu les deux premiers tomes. Mais à mon grand soulagement, l’auteur replace admirablement bien les personnages, les lieux et les événements. J’ai vite réussi à cerner qui est qui, qui fait quoi, etc. En plus, il y a un résumé des tomes précédents au début. Ça aide ! Vraiment, c’était une bonne chose, car il arrive très souvent que les auteurs ne replacent pas, ne re-décrivent pas leurs personnages d’un tome à l’autre. C’est idiot, mais quand deux livres ont plus d’un an d’écart, même si on a aimé ledit livre, on oublie beaucoup de choses.

    Les personnages de ce livre sont très bien construits ! Je pense qu’il n’y a rien à dire sur ce sujet. Que ce soit les Massons ou n’importe quel personnage historiques, on connait ses aspirations, ses idées, ses envies… sans oublier une bonne description physique ! R.A.S.

     

    Un point incontestable. L’auteur connait son sujet et sa période historique. Bon, je n’en attendais pas moins d’un historien. Les événements sont bien expliqués, les différents personnages historiques sont bien présentés (je me répète), etc. Mais, ce bon point est aussi un gros défaut.

     

     

    Cela va aussi paraitre stupide, mais merci à l’auteur d’avoir fait une jeune héroïne, Adèle, qui « accepte » aussi bien les chagrins d’amour ! Parce que sérieusement, c’est saoulant de voir des personnages féminins aux bords du suicide suite à la perte de leur compagnon. Les « ma vie est finie ; je ne serais plus jamais heureuse », c’est soulant ! Bien sûr, Adèle vit mal la perte de ses amoureux, faut ne pas abuser.

     

    Malheureusement, ce livre est lourd ! Extrêmement lourd à lire. Énoncé plus haut, l’auteur connait sa période. Mais un peu trop ! Si j’avais voulu en apprendre autant sur la Révolution française, j’aurais préféré prendre un livre d’Histoire, pas un roman.

    Bien sûr, pour comprendre certains événements du livre, il faut une remise en texte. Mais là, c’est bien trop lourd et trop long. Je pense que plus de la moitié du récit narre ces « remises en contextes ». J’aurai tendance à penser que ce livre perdrait plus de la moitié de son volume si le récit se concentrait vraiment autour des Massons et de la Manufacture.

    Surtout qu’au final, sans les gros événements historiques, il ne s’y passe pas grand-chose…

    Cela a provoqué une première déception chez moi. Finalement, la Manufacture de Sèvres apparait plus comme un personnage secondaire, au détriment de la Révolution… Il en va de même pour la famille Masson. Personnellement (surtout dans la première partie du livre), j’ai eu l’impression que l’on voyait plus Marie-Antoinette qu’Adèle.

    Une chose que je n’ai pas aimée, c’est « l’extériorité » du lecteur. Jamais je n’ai réussi à me sentir « dans le récit ». Un peu comme dans un livre d’Histoire. J’avais parfois plus l’impression d’être dans une œuvre où l’Histoire est romancée que dans un roman historique.

    Du coup, il est difficile de s’attacher aux divers protagonistes.

    Et une dernière petite déception — qui n’engage vraiment que moi — c’est que la place des femmes dans cette Révolution n’ait pas été plus mise en avant. Pas qu’Adèle, Manon, ou d’autre encore soient de mauvais personnages féminins (bien au contraire), mais j’aurai aimé plus de choses sur les combats de certaines. Par exemple, Olympe de Gouges est juste évoquée… Mais bon, ce point vient surtout de mes grandes exigences en matière de personnages féminins. 

     

    J’ai aussi trouvé la narration très « fade », linéaire. Pas de moment « d’action », pas de suspense, pas de rebondissements qui font vibrer… Bref, la lecture a été assez ennuyeuse, morne. D’ailleurs, je pense que je ne serais pas allé au bout de ma lecture si je n’avais pas reçu cet ouvrage pour le masse critique de Babelio.

     

    Pour conclure, je dirai que c’est un livre assez lourd et dur à lire, car il est très dense.

    A mettre entre les mains d’un public averti.

     

     

    http://www.seuil.com/

    « Moi moche et méchant 228, allée des Ormeaux »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :