• Mortilège

    Mortilège est un roman de Blake Charlton.

     

    Synopsis :

    A 25 ans, Nicodème est apprenti dans une prestigieuse académie de magie. Son maître, Shannon, un puissant mage linguiste, lui enseigne l'art délicat de lancer et de contrôler des sorts grâce à l'écriture. Mais hélas, Nicodème a un handicap de taille : il est dyslexique ! Lorsqu'un démon vient décimer les magiciens de l'académie, Shannon et son élève font l'objet d'une enquête. La cacographie de Nicodème provoque parfois d'étranges phénomènes et suscite la colère et les soupçons de sa hiérarchie...

     

    http://4.bp.blogspot.com/-D_KdwFXgDLQ/T0u8VpgMADI/AAAAAAAAAxo/PFFV3_qzCmM/s1600/Mortil%C3%A8ge.jpg

     

    Critique :

    J’étais très curieuse de découvrir ce livre avec un héros dyslexique. Mais au final, j’ai un avis assez mitigé.

     

    Je pense que le plus gros défaut de ce roman, c’est de nous plonger dans son univers sans que l’auteur ne nous présente les règles de magie. J’avoue que c’est juste énervant de lire des choses genre « le concept dont la queue était un paragraphe en langage machin ». Et en traduction ça donne quoi ? Bref, il faut attendre une bonne cinquante de page (et qui sont bien fourni) avant d’avoir une petite explication. Et encore, ce n’est pas forcément des plus clairs.

     

    Ensuite, j’avoue que l’histoire ne m'a pas plus emballé que ça. Au début, je pensais que le récit serait un peu humoristique, car il y avait des choses assez drôles. Mais plus on avance, plus ça devient sombre et on rit de moins en moins.

    Nicodème est donc dyslexique ce qui lui pose des problèmes pour devenir magiciens puisque la magie s’écrit. De plus, le jeune homme est marqué par une étrange rune à l’épaule. Cela fait que certains pensent qu’il est le héros d’une prophétie « bénéfique », d’autre pensent qu’il est le méchant d’une contreprophétie. Évidemment, le héros oscille entre être ce bon personnage et au pire, n’être personne. Ce qui est normal, personne n’a envie d’admettre qu’il pourrait être le déclencheur d’une guerre.

    Je n’ai pas trouvé qu’il y avait trop de rebondissement ou de grosse révélation surprenante. Du coup, je n’ai jamais été surpris. Au contraire, certains événements sont même prévisibles.

    Ensuite, j’ai trouvé que certains personnages manquaient d’originalité. Shannon, bien que sympathique, est l’image classique du vieux maitre ; Amadi Okéké est une sentinelle têtue qui préfère ne pas tenir compte des déclarations de son ainé du moment que ce qu’on lui propose colle avec ses opinions et « arrangent » ses affaires.

     

    L’univers de ce roman est très riche et varié. Malheureusement, je trouve qu’on en parle beaucoup et qu’au final cela n’apporte pas grand-chose au récit. À quoi ça sert d’évoquer X royaume, X croyance si au final on n’en a qu’un aspect superficiel.

    Cependant, ce monde immense propose une très large palette de croyance et de système politique qui sont en partie à l’origine des soucis de certains personnages. Mais c’est dommage que les intrigues politiques et de courts ne prennent pas plus de place dans le roman. Cela aurait pu donner plus de dynamisme.

     

    Le style d’écriture est assez lourd. J’ai été surprise, car ce livre est présenté comme un roman jeunesse, mais il n’est pas si facile que ça à lire. Parfois, j’en avais un peu marre, car j’avais l’impression de ne pas avancer. À cause de vocabulaire lié à la magie, il y a parfois pas mal de répétition genre « sort » ou « contre-sort ». C’est lourd, surtout quand il y a des affrontements.

     

    Après, il y aussi une vraie originalité dans la manière de manier la magie. Les sorts en langage qui sont formés dans les parties du corps sont quelque chose qui m’a beaucoup plus.

     L’idée d’un héros dyslexique était aussi une bonne idée, car on voit rarement des personnages « handicapé » en personnage principal. C’est ce qui m’avait donné envie de lire ce roman.

     

    Enfin, j’ai été déçu de m’apercevoir que ce livre n’est que le premier tome d’une série. À moins que l’auteur nous laisse sur cette fin. C’est possible l’auteur ne nous laisse pas une fin en queue de poisson. D’ailleurs, les derniers chapitres passent trop vite à mon gout.

     

    Malgré pas mal de choses qui ne m’ont pas enchanté, le livre reste sympathique à lire. Mais j’avoue avoir été assez déçu au final. S’il doit y avoir une suite, je ne suis pas sûre que je m’y plonge.

    « Les cinq légendesPerceval le Gallois »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :