• Meurtres à la pomme d'or

    "Meurtres à la pomme d'or" est un policier historique et gastronomique de Michèle Barrière.

     

    Synopsis :

    An de grâce 1556: François, étudiant en médecine à Montpellier, n'a qu'une idée en tête: devenir cuisinier. Aux dissections, il préfère l'étude du safran, de la cardamome, du gingembre, du macis et autre maniguette sous la houlette de l'apothicaire Laurent Catalan. Mais une série de morts suspectes sème le trouble dans la ville. Un mystérieux breuvage distribué par un apothicaire ambulant en est la cause. Laurent Catalan, en raison de ses origines juives et de ses sympathies pour les protestants est accusé de complicité et jeté en prison François mène l'enquête jusqu'à Bologne. Parviendra-t-il à sauver Catalan?

     

    http://1.bp.blogspot.com/-f3Q0bbMr5p8/Txhgm5PKY_I/AAAAAAAAAmo/AIHCZPOLhVQ/s1600/meurtre+%25C3%25A0+la+pomme+d%2527or.jpg

     

    Critique :

    Ce livre m’a été offert pas ma swappée lors du swapp Histoire que j’avais organisé.

    J’avoue que je ne savais pas trop quoi attendre de ce livre qui m’apparaissait comme original : un mélange de gastronomie renaissance et un roman policier. Mon avis final est assez mitigé.

     

    Pour commencer, je dirai que j’ai beaucoup apprécié les annexes qui nous évoquent une rapide histoire d’un certain légume très consommé de nos jours et quelques recettes de cuisine.

    Ensuite pour le récit en lui-même, j’avoue avoir été assez déçu. Si la base de l’intrigue, sur fond de conflit entre les confessions et les professions, est assez sympa, toute sa résolution est bien trop simple à mon gout. Peu de rebondissement, peu de surprise. En fait, sans toutes les descriptions des « arts de la table » et des différents lieux, le roman se rétrécit comme peau de chagrin. Par ailleurs, j’ai eu beaucoup de mal à accrocher. Le récit manque de tension, parfois l’enjeu (sauver Catalan) m’apparaissait comme presque inexistant. Les deux héros, François et Felix, auraient tout aussi bien vivre la même aventure dans un récit de voyage…

    Comme l’annonce l’accroche, le livre parle beaucoup de gastronomie. Si l’auteure liste nombre d’ingrédient, d’épice et autre poissons, le roman livre peu de recettes (évidemment puisqu’elles sont dans les annexes). Par ailleurs, la cuisine et l’enquête sont assez distantes l’une de l’autre même si elles sont liées.

    Personnellement, j’ai trouvé que le récit se contente souvent d’énumérer, de lister certaines choses. Il y a un côté « encyclopédie » dans ce roman. La chose aurait pu être fort sympathique si l’intrigue policière avait été plus accrocheuse. Du coup, je me suis un peu ennuyé par moment. Cependant, on pourra dire que l’auteure est très bien renseignée et fait preuve d’une certaine érudition.

    Par contre, il y a un truc qui m’a barbé : les romances. Certes, je ne suis pas friande de ce genre chose, mais je n’ai rien contre quand elles sont bien menées. Là, elles ne servent à rien et « encombrent » un peu l’histoire.De plus, elles ne sont pas crédible : coup de foudre réciproque, l'intello qui s'éprend de la potiche...Nul.

     

    Les personnages sont sympathiques. François et Félix, très différents : catholique et protestant, étudiant sérieux et étudiant qui-s-emmerde, etc., on prend plaisir à les suivre dans le sud de la France et en Italie.

    L’auteur nous présente aussi de nombreux personnages historiques. Ces derniers sont d’ailleurs fort nombreux. J’avoue avoir une petite faiblesse pour le vieux ronchon de Michel de Nostre-Dame. J’ai aussi apprécié de rencontrer un certain Gabriel Fallope (le premier qui me laisse un commentaire pourri sur Fallope, je lui fais manger son clavier de PC).

    Par contre, j’ai été très déçu sur les personnages secondaires. En effet, au mieux, ces dames sont secondaires. De plus, elles n’apparaissent que comme amantes, mères et servantes. C’est assez surprenant de la part d’une auteure de si peu mettre en scène des femmes, surtout que ces personnages sont assez niais et intéressants. Les romances en pâtissent à mon avis.  

     

    La lecture est cependant très facile. L’auteure utilise aussi de nombreuses expressions anciennes qui permettent de nous mettre dans l’ambiance. D’ailleurs, même si l’intrigue n’est pas si sombre ni très palpitante, l’auteure rend bien les ambiances des villes (Montpellier, Bologne). De plus, le contexte historique est subtilement énoncé et nous permet de comprendre facilement la complexité de l’époque.

     

    Voilà donc pour ce livre. Il n’est pas mauvais, mais son côté étalage de savoir est un peu barbant, surtout que l’intrigue policière n’est pas très dynamique malgré de bonnes idées. Heureusement, les annexes et les recettes permettent d’apprécier un peu plus ce roman.  

    « Michel StrogoffMourir pour un crapaud... »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 13 Juin 2012 à 12:00
    Un peu déçue que tu n'ai pas trop accroché, je m'étais basée sur l'avis de mon frère pour ce choix de roman, je lui ferai part de ton ressenti :) et à l'occasion je le lirai à mon tour, mais je tenterai de faire mieux à ton prochain swap :D
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :