• Mary Kinglsey

    "Mary Kinglsey : la montagne des dieux" est une BD réalisée par de nombreuses personne. C'est une BD de la Collection Explora.

     

    Synopsis :

    En 1893, une jeune femme débarque dans le port de Luanda en Angola avec la ferme intention de rester en ces lieux qu'elle ne connaît pas. Marchant sur les traces de son père décédé précédemment, elle ne tarde pas à connaître ses premiers déboires avec quelques malandrins dont Juan qui lui propose ses services pour la guider à travers le pays. Finalement lâchée par ce dernier, elle ne renonce pas pour autant à son périple dont le but est d'atteindre le Mont Cameroun. Avec pour unique bagage le carnet écrit par son père sur son voyage inachevé, elle s'enfonce seule au cœur de ce territoire sauvage dont elle va peu à peu explorer toutes les facettes, apprendre à l'aimer et découvrir enfin le résultat de son investissement.

     

    http://ekladata.com/_jVd1FTo3AIjGVNtwVWjzwtguWA.jpg

     

    Critique :

    Voilà une BD qui m’a beaucoup plu même si je dois avouer qu’il y a des choses qui m’ont laissé un peu… septique.

     

    J’ai donc découvert une exploratrice très atypique, Mary Kingsley. Outre son goût pour le pays africain, cette femme a lutté pour la cause des populations africaines : leur rendre leur « lettre de noblesse » face à l’image du sauvage véhiculé par les blancs.

    Le récit présente en condensé ses voyages en Afrique. L’ensemble de ses périples est donc très réduit, mais cela donne envie d’aller en savoir plus sur cette aventurière atypique. Mais le défaut de cet assemblage est sont aspect superficiel. Les choses sont assez vite survolées.

     

    J’ai tout de même quelque remarque à faire vis-à-vis du dessin. Pour commencer, et vous le savez, je n’aime pas tellement le traitement des couleurs par l’informatique. C’est dommage. Enfin, le point qui m’a le plus déplut, c’est que Mary Kingsley est très belle. Or les photographies d’elle dans le cahier graphique montrent clairement que ce n’était pas vraiment le cas. Je trouve bien dommage que cette femme ait été « physiquement embellie ».

     

    La vraie force de cette BD est en fait le cahier explicatif de la fin. Il nous permet de mieux comprendre Mary Kingsley et l’environnement dans lequel elle évolue. On y découvre les rudesses de la société victorienne, la place des femmes, le colonialisme de la Grande-Bretagne ainsi que l’idéologie face aux populations africaines.

    Un défaut de ce cahier est l’absence d’une bibliographie.

     

    Malgré quelques défauts, je ne peux que recommander cette BD à tous. Au pire, elle vous fera découvrir une personnalité étonnante, au mieux elle vous donnera envie d’en savoir plus.

     

    coup de coeurN&B

    « On n'a rien vu venirCity Hall T.01 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :