• Les Vikings de Novgorod

    "Les vikings de Novgorod" est un roman historique de Marina Dédéyan.

     

    Synopsis :

    Vers 860, le chef viking Rourik embarque avec ses frères pour Novgorod. Quelles sont ses motivations réelles ? Comment déjouera-t-il les complots qui se trament dans les recoins du kremlin ? Qui a intérêt à raviver la haine entre les Slaves et les Scandinaves ? Pourquoi Oumila, fille du prince régnant, s'obstine-t-elle à voir en Rourik un ennemi ? Va-t-elle écouter les sages conseils de Viedma la sorcière ? Comment la prophétie qui pèse sur ses épaules s'accomplira-t-elle ?
    Sur la Terre Mère sacrée se dessine la tumultueuse histoire d'amour entre une Slave et un Viking qui donnera naissance à la Russie.

    Les Vikings de Novgorod

    Critique :

    Ce roman historique ne m’a pas vraiment emballée.

     

     

    Côté historique, je pense que c’est la seule que je ne suis pas vraiment en mesure de juger, car je ne connais pas vraiment cette période dans cette région. Ceci dit, il y a beaucoup de vocabulaire spécifique ainsi qu’une bibliographie. Je pense donc que l’auteure a fait un bon travail de recherches.

    Le récit se lit très bien. C’est fluide et bien écrit. Même s’il n’est pas très passionnant, le roman se termine vite.

     

    Hélas, le récit est assez plat. Il n’y a pas de grosses surprises dans cette histoire, surtout que l’on sait grosso modo comment cela va finir. Il n’y a pas de vrai retournement de situation ou de rebondissement.

    Il y a aussi des choses dont je me suis demandé l’intérêt, car cela n’apporte rien à l’histoire, comme l’homosexualité d’un des frères de Rourik. Cela ne fait nullement avancer l’intrigue, les relations entre les deux hommes changent peu et je n’ai peu eu l’impression que le personnage de Rourik en sortait grandit ou autre chose.

    Une autre déception c’est le côté « fantastique » assez peu assumé. Bien sûr, c’est un roman historique, mais le sujet même traite d’un personnage « légendaire ». C’est dommage, car le personnage de la « vieille sorcière » était intéressant.

     

    Et là, on touche au gros mauvais point du roman, les personnages.

    Pour commencer, Oumila et Rourik sont fades, presque sans intérêt, car peut-être trop stéréotypés. J’avoue même qu’entre ce qui dit de cette dernière dans la 4e de couv’ et ce qui en ait dans le récit, il y a un gouffre. Je n’ai jamais vraiment eu l’impression que la jeune femme soit « troublée » par le Viking… avant qu’il couche ensemble, bien sûr… Oumila a aussi de désagréable qu’elle est assez passive. Certes, à un moment, on a l’impression qu’elle va prendre son destin en main… Mais non…

    D’autres personnages sont aussi peu intéressants : Vadim est trop le stéréotype du bel amant ambitieux, il y a un bon Viking bien sanguinaire… Mais le pire, c’est Frida qui derrière l’image d’une femme forte, apparait comme une hystérique colérique et absolument détestable. On ne comprend même comment Rourik a pu s’attacher à ne telle furie quand on voit les deux esclaves douces et affectueuses qui l’accompagnent. Une grosse déception sur ce personnage féminin. D’ailleurs, niveau personnage féminin, il n’y a pas de quoi sauté au plafond entre une hystérique colérique et une princesse passive… Bref…

    Ceci dit, il y a des personnages que j’ai bien aimés comme Ahmed Ibn Sabbah. D’ailleurs, c’est assez drôle sa « relation » avec Solveig, une des esclaves de Rourik. Le seul hic, c’est le côté happy-end de l’histoire.

    J’avoue que toute mon affection est allée au « méchant » de l’histoire : Strachimir. Non pas qu’il soit particulièrement plus intéressant sur le fond, mais ce personnage cumule vraiment toutes les tares d’un méchant : vieux, moche, qui pue, pervers, sadique… et qui veux se faire la jolie princesse. Vraiment, le personnage qui n’a rien pour lui, pourri jusqu’au bout des ongles. Il est vraiment « too much » que ça en devient risible et que mine de rien, ça le rend presque attachant (d’une certaine manière).

    Le récit se lit très bien. C’est fluide et bien écrit. Même s’il n’est pas très passionnant, le roman se termine vite.

     

    Voilà donc pour ce roman. C’est dommage, car il m’avait fait de l’œil pendant des années ce livre. Mais les personnages n’ont pas vraiment d’intérêt, l’intrigue est sans surprise et je regrette que le petit côté fantastique n’ait pas été plus exploité, sans pour autant sortir du genre historique.

     

     

    « Les contes de l'ombre : la comptineLasser, mariage à l'Egyptienne »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :