• Les méchants

    Ah les méchants !

    Que ce soit en littérature ou en cinéma, j’ai une petite tendresse pour les méchants depuis des années. Pourquoi ? Ho, peut-être parce que je ne suis pas un ange… Bon, je suis plus proche de l’antihéros que du méchant. D’ailleurs, mon nom Moriarty parle de lui-même quant à mes penchants… diaboliques !

    Et peut-être parce que les méchants sont les personnages les plus travaillés ? Car après tout, sans bon méchant, il n’y a pas de bon héros…

     http://ekladata.com/vdr54nb0JpMotxpOs1iQMaejauk.jpg

     

    J’aurai aimé commencer cet article en vous expliquant comment faire un bon méchant. Mais je pense en être bien incapable. Cependant, je vais quand même essayer.

     

    Un bon méchant est un méchant intelligent, pour ne pas dire d’une intelligence supérieure (non, je ne fais pas référence à James Moriarty…). Je veux dire qu’un neuneu ne pourra pas être crédible, ou alors, nous sommes dans une parodie.

    Ce qui fait vraiment un super méchant, c’est aussi sa psychologie. J’ai eu tendance à remarquer que, souvent, ces personnages-là sont plus travaillés que les héros. Pourquoi ? Bin parce que quelqu’un qui n’est pas droit dans ses bottes, c’est l’ouverture à tous les fantasmes d’un auteur. Je ne me risquerai pas à dire qu’il faut que le méchant ait une vie épouvantable, qu’il a été rejeté… Non. Pour faire un bon méchant, il faut oublier notre propre moralité pour s’ouvrir à d’autre échelle de valeurs. Et si tuer un faible, c’était bien ? Et si dominer des personnes inférieures à soi, c’était bien ? Et si, et si, et si… bref, il faut être soit même horrible… Et j’adore imaginer ça !

    J’aime aussi quand les méchants sont des personnages torturés ! Cela nous oblige à plus travailler les passés de ce genre de personnages. D’ailleurs, comme j’aime moi-même être horrible avec mes personnages (héros ou méchants), cela m’emballe ! Mais je pense que c’est aussi important que les méchants ne soient pas forcément de pauvres martyrs qui tentent de se venger ou qui déversent leur haine sur les autres. Faut accepter que des gens aiment être mauvais et faire du mal. Après tous, certains héros ont aussi des vies de merde et ne deviennent pas des tyrans ou des assassins. L’important, c’est de savoir ce qui pousse le méchant à faire ses choix : par plaisir, par survit, pas habitude, par une absence de « morale »…

     Bon après, j’avoue que j’aime aussi quand les méchants sont canon… Mais ça, c’est une autre histoire et c’est épouvantablement subjectif. Je ne développerai pas ce sujet (et puis, vous vous en foutez).

     

    http://ekladata.com/yTKzOwj3PQl3Pz3giTTEUuKjKLU.jpg

     

    J’aurai bien essayé de parler des méchants que j’ai créés dans mes récits, mais malheureusement, je ne sais pas quoi en dire… Surtout que je veux ne rien dire concernant ceux ou celles des Yggardiens. Pour « Macha », dur d’en parler, car j’ai du mal à mettre Sagamore dans les méchants, pourtant c’en est un ! Quand à Gaston d’Orléans… c’est aussi un personnage historique, et donc pas facile de discourir sur lui vu mes connaissances actuelles…  

    Comment je construis mes méchants ?

    Pas facile de répondre, car mes critères changent en fonction des histoires. C’est bizarre, mais j’aimais eu l’impression de n’avoir jamais créé un super méchant, façon Dark Vador. Même un Moriarty ou un Palpatine.

    Je n’arrive pas à avoir un regard assez objectif sur mes personnages « méchants », il me faudrait plus de retours sur eux. J’aime mes personnages qu’ils soient bons ou mauvais…

    D'ailleurs, ais-je déjà créer un vrai bon méchant ?

     

    http://ekladata.com/zEyzPPhImF7R77reIjgbfdzsKhg.jpg

     

    Si je voulais aussi parler des méchants, ce n’est pas que pour parler de la création d’un méchant parfait. Mais pour évoquer une question qui me taraude sur de nombreux films et livre : pourquoi (très souvent) le héros tue le méchant ?

    Pourquoi les auteurs ou scénaristes tuent toujours les méchants ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi ? Il est difficile pour moi de vous faire imaginer mon niveau de frustration à ce sujet ! Je regarde ma DVDthèque en même temps que j’écris : là le méchant meurt, là aussi, et là encore… (j’ai aussi beaucoup de Disney, donc forcément…)

    Tuer, c’est mal ? C’est pour ça que le méchant est méchant, parce qu’il tue ou fait tuer. Mais pourquoi un héros qui tue un « méchant » est encore gentil ? Il a tué à ce que je sache !

    C’est vrai que selon les univers, la peine de mort est présente ou non. Mais l’important, ce n’est pas ça : et la Justice ?

    Ah, mais tuer un méchant qui a tué des centaines de personnes, c’est rendre justice. Je ne suis pas d’accord ! Tuer, c’est tuer ! Et je ne parle pas des livres (ou film) où les héros sont des enfants ou des jeunes adultes. Bien sûr, « le méchant voulait me tuer, alors je l’ai tué ».

    En fait, dans les romans, la Justice est incarnée par le héros. Les tribunaux n’existent pas. La société n’a pas de fonction de Justice.

    Oui, mais il y a la morale ! Quelle morale ? Un héros qui tue un méchant pour une bonne raison, c’est moral ? Et si moi demain je vais tuer un tueur ou un violeur en série, on me dira merci et je continuerai ma vie pépère ? Je ne crois pas… Surtout que, si l’on se place du point de vue d’un méchant, tuer un faible ou commettre certains crimes, c’est moral pour lui, ou du moins, cela ne lui pèse pas sur la conscience.

     

     

    Bien sûr, je modère mes propos sur le fait de tuer, car cela dépend de l’univers. Et je ne compte pas la guerre et un champ de bataille.

    Après, c’est difficile de faire un article sans faire du cas par cas. Mais j’ai été très marqué par une scène du Seigneur des Anneaux (en film, je n’ai pas lu les livres). Au début du premier, Elrond et Isildur sont dans le volcan pour détruire l’anneau (mon précieux !). Comme vous le savez, Isildur refuse et garde l’anneau. Mais pourquoi Elrond ne le bute pas ? Surtout qu’Isildur lui tourne le dos à un moment ? Je veux peut-être en irriter certains, mais dans cette histoire, le vrai salop, ce n’est pas Isildur qui se barre, mais Elrond qui ne fait rien ! Et après il fait son topo à la communauté pour qu’elle détruise l’anneau ! Elrond est un connard avec ses bons sentiments ! C’est lui le méchant sur ce coup-là !

    Qu’est-ce qui est pire : un mal pour un bien ou un bien pour un mal ?

    http://ekladata.com/qW5cwRk2mcE0zMguajrzxC1pPrI.jpg

    Mais je pense que je m’égare sur le thème des méchants.

    Et j’avoue ne pas savoir quoi dire de plus… Je ne suis pas douée sur ce genre de chose…

     

    Et vous, vous les voyez comment les méchants ?

    « Mon premier Swap Littéraire sur l'HistoireLa Vampire »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Avril 2012 à 12:00
    je pense qu'il faut distinguer les "méchants" de la vraie vie et ceux de la "fiction". Dans les fictions les méchants sont parfois (sauf dans le navets basiques hollywoodiens) parfois plus "intéressants" que les gentils. Dans la vraie vie un méchant c'est celui qui choisi la facilité car de mon point de vue il est 1000 fois plus difficile de construire qqchose que de détruire. L'appel à la violence recevra toujours plus d'echos que l'appel à la non violence , combien d'hitler contre combien de Gandhi dans l'histoire ? Dans la vraie vie je pense au contraire de la fiction que le méchant l'est car il est limité ou intellectuellement ou au niveau de l'affect. Ensuite la notion du bien et du mal varie selon les points de vues, Ben Laden aux yeux de certains est un héros, un chevalier, qui luttait contre le mal : les USA. a+
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :