• Le temps de l'innocence

    "Le temps de l'innocence" ("The age of innoncence" en VO) est un film de Martin Scrorsese avec Daniel Day-Lewis, Michel Pfeiffer et Winona Ryder, tiré du roman éponyme d'Edith Wharton.

     

    Synopsis :

    A travers le portrait d'un homme partagé entre deux femmes et deux mondes, étude minutieuse de la haute société new-yorkaise des années 1870, avec ses intrigues, ses secrets, ses scandales, ses rites désuets et subtilement répressifs.

     

     

    Avis :

    Un film qui m’a plu sur certains points, mais pas sur d’autres.

     

    Petit un : je n’ai pas lu le livre ; petit deux : je n’y connais rien dans les mœurs et coutumes de l’époque.

     

    Ce film n’est pas vraiment une romance contrariée comme nous le proposent les BA. Certes, cet élément est présent, mais cette réalisation tient surtout à mon montrer, comme le dit assez bien le synopsis (présenté ici) sur ce que j’appellerai le « monde de derrière ».

    Et c’est ce que j’ai aimé. Scorsese montre assez bien ici comment ce sont ces codes, ces coutumes, ses intrigues, etc. qui mènent la vie des gens, et pas forcément l’inverse.

    Le personnage de Newland Archer (dont je suis sûre que son nom a une signification plus importante dans le livre ; dans le film, un passage signale que sa femme May est une très bonne archère) est à la fois un pion dans ces jeux (sordides ?), une victime, mais aussi un participant. Il ne parvient pas à se sortir de cet univers qui l’étouffe. Il se résigne. La fin du film montre bien qu’il décide de rester figer dans cet univers qu’il n’aimait (n’aime pas ?) malgré les incitations de son fils (qui l’en ferait sortir volontiers).

     

    L’univers du film est bien construit. On arrive très bien à percevoir les tenants et les aboutissants de cette société bien pensante, mais qu’une hypocrisie sans limite. Les plans, les décors y participent avec brio.

    Scorsese propose des moments qu’ai beaucoup apprécié : ces longs plans où on a l’impression que la caméra, c’est nous. On se retrouve projeté dans les bals.

     

    Il y a cependant des choses que j’ai moins, voire pas aimées.

    Sans vous surprendre, je vous dirais que le trio amoureux ne m’a pas beaucoup convaincu. Cestes, on ne peut pas nier que l’on ressente le dilemme de ces personnages. Mais j’ai trouvé, surtout pour Archer qu’il n’était pas assez dans le conflit intérieur. Le personnage de May, femme bien de ce monde, ne peut pas se permettre d’afficher trop ses états d’âme, car c’est lié à son éducation de « femme soumise à son époux ».

    Pour la comtesse, j’ai trouvé qu’on ne sentait pas assez sa volonté « d’émancipation », ni son tourment lié à son désir d’être aimé et accepté des siens malgré sa situation. Comme pour Archer, le dilemme n’est pas assez poussé.

    Je dirais que l’ensemble manque de sentiments (et c’est moi qui dis ça).

     

    J’ai beaucoup été surpris par le manque de « musique ». Je ne sais pas si c’est une spécialité de Scorsese, mais il y a peu de thèmes musicaux. Je n’irai pas à dire qu’ils sont mal employés puisqu’ils apportent souvent un certain dynamisme à certains passages.

    Hélas, j’ai trouvé que la musique ne faisait pas corps avec le film. La musique de film sert à renforcer une situation, un sentiment. Je pense que l’une des réussites du Seigneur des Anneaux, c’est sa super musique.

    Le manque de sentiments des personnages aurait peut-être pu être relevé grâce à ça.  

     

    J’avoue que malgré ses défauts, j’ai plutôt bien aimé ce film. Plutôt une bonne surprise puisque je n’avais jamais passé les 20 premières minutes d’Aviator et j’ai cru que j’allais mourir devant Gangs Of New-York.

    J’ai également envie de découvrir le lire dont le film est inspiré. Si le roman axe plus sa narration sur ce monde de la haute-société, avec ses rites sociaux et ses codes, ça doit être sympa à lire.

    « Kate & LéopoldLa dernière tentation du Christ »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :