• Le Portrait de Dorian Gray

    "Le Portrait de Dorian Gray" ("Dorian Gray" en VO) est un film d'Olivier Parker avec Ben Barnes, Colin Firth, Ben Chapelin, Rachel Hurd-Wood et Rebecca Hall, inspiré du livre "Le Portrait de Dorian Gray" d'Oscar Wilde. 

     

    Synopsis :

    Le jeune Dorian Gray accepte d'être le modèle du célèbre peintre Lord Henry Wotton. Celui-ci persuade le jeune homme de vendre son âme en échange d'une jeunesse éternelle. Dorian Gray ne vieillit plus, et ne souffre plus des affres du temps, mais le tableau le représentant révèle progressivement sa véritable nature...

     

    Bande-Annonce :

    Critique :

    Très bonne adaptation du roman d'Oscar Wilde. Une tel adaptation est toujours risqué car le roman est tout en subtilité, et demande un jeu d'acteur, surtout en ce qui concerne Gray, tout en nuance.
    Ben Barnes, qui jouit d'une belle gueule (de puceau de l'espace certes, mais quand même assez bien), bien très bien le rôle. Très niant à son arrivé à Londres, un vrai lycéen sortant de sa cambrousses, on le voit peu à peu sombrer dans tous les excès, que ce soit niveau sexe, drogue ou alcool.
    Comme le raconte le roman, le jeune Dorian ne subit pas les affres du temps et des excès, mais le portait lui si ! C'est d'ailleurs lui qui rend compte de la vraie nature du jeune homme. Mais outre le lien avec le portrait, il est plaisant de voir une seconde "réalisation" qui est opéré par Lord Henry. En effet, celui-ci, mentor de Dorian, le façonne à l'image du dépravé que lui même aurait aimé être. Cette "réalisation" est fort plaisante car elle donne un double sens à la métamorphose.Lord Henry, lui, malgré tous ces grands principes, finira pas se ranger, probablement conscience de ce que le temps et les excès font.
    La principale différence avec le roman est la présente de Lord Henry. Bon, pas grand chose à dire, l'actrice est bien jolie et se débrouille bien. C'est elle qui est l'élément déclencheur et qui poussera Dorian vers la folie. Mais il faut bien avouer que cette folie est bien minimisée par rapport au livre.
    Autre détail manquant, le corps dissout dans la soude. Certes, c'est gore et morbide, mais j'avais bien aimé ce petit détail. Il me semble que c'est le peintre Basil (créateur du tableau) qui subit se triste sort. Dans ce film, Dorian le découpe en morceau, c'est bien moins raffiné.
    Donc voila ce film d'une très bonne réalisation et bien mener ! A voir s'il on aime le fantastique, Wilde, l'époque Victorienne.

    « Opération Mémoire : PrologueLe Dernier Templier »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 27 Octobre 2011 à 12:00
    j'ai bien aimé le film, j'ADORE le fantastique victorien qu'on qualfie parfois de gaslight fantasy . je n'ai pas lu le roman original mais il faudra bien. En fait le probleme avec tous ces classique c'est que je crois tellement connaitre l'histoire que j'ai la fleme de me plonger dans leur lecture.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :