• Le duel, une passion française 1789-1914

    "Le duel, une passion française 1789-1914" est une moniographie écrite par Jean-Noel Jeanneney.

     

    Synopsis :

    Le duel, rajeunissant un rituel de l’Ancien Régime, s’est perpétué en France, sans fléchir, de la Révolution française jusqu’à la guerre de 1914. A l’épée ou au pistolet, tout au long du XIXe siècle, parlementaires, journalistes, écrivains et artistes n’ont pas cessé de s’affronter passionnément sur le terrain, selon des règles codifiées et en courant de grands risques. Ni le bon sens ni la dérision ne parvinrent à y mettre un terme ; les pouvoirs publics demeurèrent impuissants ; la Justice détourna les yeux. Prenant appui sur une multitude d’épisodes parfois grotesques, souvent dramatiques, toujours pittoresques, Jean-Noël Jeanneney s’interroge sur les motifs d’une pareille pérennité. Toute une société en quête d’équilibres nouveaux s’en trouve, chemin faisant, éclairée.
    L’histoire, très accessible, d’une exception française : comment et pourquoi la pratique du duel a-t-elle persisté en France jusqu’en 1914, alors qu’elle était tombée en désuétude dans la quasi-totalité de l’Europe ?

     

    http://ekladata.com/SmAWmXQouEpgifg7SpS0x-w5PWQ.jpg

     

    Avis :

    J’avoue avec été assez déçu par cet ouvrage.

     

    Je n’ai pas trouvé mon compte sur ce livre, il est vrai. Mais je pense que je m’attendais à autre chose. J’espérais plus y découvrir les raisons sociologiques, politiques et culturelles qui faisaient que cette pratique ait perduré pendant des siècles alors que d’autres pays l’avaient « aboli ».

    Certes, l’auteur évoque ces choses (heureusement), mais j’ai trouvé qu’il s’attardait un peu trop sur les récits de duels. 

    Le début m’est apparu comme une sorte de catalogue de différents affrontements, différencié en plusieurs types : comique, tragique…

     

    De plus, l’auteur a un style assez lourd avec de très longues phrases ponctuées de virgule. Il m’est souvent arrivé de relier une phrase, car j’en avais oublié de début. Et j’avoue que parfois, j’ai jeté l’éponge pour essayer d’analyser ses longues phrases, préférant passer à autre chose.

    Il faut aussi avoir une sacrée bonne culture générale sur le XIXe siècle pour s’y retrouver avec tous les noms listés. Les cours d’Histoire que j’ai suivis cette année m’ont été d’un grand secours, mais je pense que quelqu’un à qui ce siècle échappe aura beaucoup de mal à tout suivre. Avouez que faire la différence entre un monarchiste, un royaliste et un orléaniste n’est pas toujours facile à facile.

     

    Bon, n’exagérons pas, bien que la lecture fut longue et fastidieuse (pour un si petit livre), j’y ai appris pas mal de choses. Les anecdotes, bien qu’énumérées comme une liste, sont parfois assez sympathiques.

     

    Voilà donc pour cette monographie sur les duels. Comme énoncée dans le titre, cet ouvrage ce concentrait sur une certaine période, j’aimerai désormais découvrir ce qu’il en était des duels avant la Révolution Française.

     

    « La comtesse des NeigesWiggins et la nuit de l'éclipse »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :