• Le choix de la Gargouille

    "Le choix de la  Gargouille" est un roman de Dana B Chalys.

     

    Synopsis :

    Il semble que beaucoup d’histoires commencent par un rêve.
    Dans les anciennes croyances, les dieux parlaient aux Hommes grâce au sommeil et à l’inconscient.
    J’ai fait un rêve aussi. Le mien était beau et apaisant ce qui, certainement, augmenta le sentiment de tristesse qui s’empara de moi à mon réveil. Car en ouvrant les yeux, je plongeai dans le pire de mes cauchemars. J’ai appris le goût cuivré du sang, celui salé des larmes, celui amer de la solitude et celui brûlant de l’amour.
    Le Seigneur a fait de moi sa servante, un instrument de mort qui pourra, peut-être, effacer son plus grand regret. Mais dans cette guerre entre Ciel, Terre et Enfers, qu’adviendra-t-il de toutes ces vies lorsque Dieu ne sera plus le seul à décider ?
     

    Le choix de la Gargouille

    Avis :

    Il y a des livres que je critique sans trop d’états d’âme. Mais faire une critique d’un livre d’une amie, c’est tout de suite un peu compliqué. Parce que j’ai peur de vexer, de paraitre méchante si je n’aime pas.

     

    Dans le cas de ce livre de Dana, j’ai un avis mitigé à la fin de ma lecture.

     

    La manière d’écrire de l’auteure est fluide. Sur ce point-là, il n’y a rien à redire. Mais on sent que la plume pourrait s’améliorer. C’est une bonne chose pour la suite.

     

    Pour ce qui est de l’histoire, je dirais que les fondations sont bien, mais que l’édifice manque un peu de consistance. Les intrigues sont bonnes. Cependant, on voit vite les choses arrivées. Je pense que l’ensemble manque « d’entrelacements ». On a une impression de linéarité. Les divers personnages découvrent trop vite ce que les uns et les autres trament. Et c’est dommage, car le récit perd en suspense. C’était d’autant plus dommage que les divers protagonistes (démons, anges, anges déchus, Dieu) mènent assez bien leur jeu. 

     

    Une chose qui m’a assez « déçu », c’est le manque d’approfondissement de l’univers de cette histoire. Nul ne doute que l’auteure en connait chaque recoin, mais elle ne le partage pas assez. C’est dommage parce que c’est un univers très riche et bien construit (de ce que j’ai pu en lire). Parfois, ce manque d’approfondissement perd un peu le lecteur, surtout que le livre évoque des mythologies connues (surtout bibliques). J’avoue avoir eu du mal à faire la différence entre démons et anges déchus, car pour moi, les démons sont des anges déchus. Or ici, cela ne semble pas être le cas.

    Par ailleurs, on peut constater que l’auteure a de bonnes connaissances dans les domaines qu’elle aborde. Mais c’est dommage que cela ne soit pas plus mis en avant.

     

    J’ai adoré les personnages de Casey et Dakota (eh oui, j’ai râlé parce que c’est un nom américain ; il y a une explication, mais elle arrive un peu tard). Les deux jeunes femmes sont bien construites ; ont de la profondeur. Bref, on sent que l’auteure les a travaillés. Mais, parce que hélas, il y a un gros, mais, un détail vient gâcher ce travail et fait perdre en cohérence ces deux personnages. C’est leur âge. Si on se dit qu’elles ont 20 ans, leurs personnalités passent comme une lettre à la poste. Mais là, elles ont 17 ans…du coup, elles perdent en cohérence. C’est vraiment dommage.

    Pour rester sur les personnages, ils sont généralement tous bien sympathiques et ont droit à un vrai travail sur leur personnalité. Il y a du fond, en somme.

     

    Il y a aussi tout un tas de petits détails un peu embêtants. Par exemple quand elles vont manger sur le port de Paris entre Le Louvre et Notre-Dame… J’avoue que j’ai du mal…

    Bref, c’est vraiment dommage parce que ces petits détails gâchent un peu la lecture (outre les gros défauts évoqués plus haut). Mais pour cet exemple, j’avoue être surprise que l’éditeur n’ait rien dit… Je ne m’attaque que rarement (pour ne pas dire jamais) aux éditeurs, mais sur ce livre, je me suis parfois demandé si l’équipe éditoriale avait vraiment son boulot…

     

    Au final, un avis assez mitigé parce que ce livre a des qualités évidentes, mais que de trop nombreux défauts viennent ternir.

    Dommage.  

    Désolée mon amie…

     

    « Vénus et Caïn, figure de la préhistoire 1830-1930Captain America, le soldat de l'hiver »

  • Commentaires

    1
    Mardi 15 Avril 2014 à 12:00
    On ne devrait jamais s'excuser d'être honnête. Merci à toi pour ta sincérité, Xian :)
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :