• La Mythologie et mes écrits

    Bon, je vais me lancer dans ce premier article sur mes influences, mes sources d’inspirations. Comme on me l’a demandé, je vais parler de la mythologie où je puisse le plus pour créer mes histoires et mes récits.

    Pour commencer, et histoire d’en faire hurler certains, quand je parle de « mythologie » (concernant mes écrits, pas dans la vie de tous les jours), j’enveloppe la mythologie (la vision classique du terme), les contes et légendes, le folklore. De peur de me faire haïr par certains, mais les récits bibliques sont de la mythologie en ce qui me concerne…
    Certes, parler alors de mythologie n’est pas totalement correcte, mais c’est plus simple pour moi. Ça me fait un seul et même sac.

    Ha la la, que dire ? (je me sens stupide en écrivain cet article)

    Je suis fan de mythologie depuis que je suis petite. Et je déplore aujourd’hui que seules les mythologies égyptiennes et gréco-romaines soient les plus mises en avant, même si la mythologie celte et germano-scandinave commence à prendre de l’importance ! On se qui me concerne, j’essaie de m’éloigner un peu de ces mondes-là pour trouver des inspirations dans les autres pays du monde. Mais je dois bien admettre que ce n’est pas facile, car soit les livres sont rares, soit ils sont très chers.
    Actuellement, je lis un livre de « La mythologie des Lapons » (eh oui, on peut se distraire avec ce genre de lecture !).

    Quand j’écris, j’essaie de faire des choses originales, mais je n’exclus pas d’utiliser des choses connues. Par exemple, pour les Yggardiens, il est hors de question que j’exclu les mythologies égyptiennes ou greco-romaines sous prétexte que c’est sûr exploité. Par ailleurs, je n’oublie pas qu’une vague l'égyptomanie avait envahi le monde littéraire à une époque (le roman de la momie, le joyau des sept étoiles, etc.) et le monde gréco-romain a été une des bases du mouvement romantique du XIXe (oui, j’ai un peu de culture littéraire).
    Une question importante est toujours : est-ce que je dois respecter le personnage/dieu/entité comme les textes mythologiques nous les font découvrir. La réponse est oui et non. Vous en conviendrez qu'on puisse difficilement faire un Zeus chaste (sauf si on donne une bonne explication dans le récit), ou une Aphrodite affreuse. Mais cela ne sert à rien de les faire 100% comme dans les récits. Par ailleurs, travaillant sur des traductions, il est souvent peu aisé de comprendre l’essence même d’un texte ou d’un récit… (dixit les profs d’archéo). Si je voulais faire quelques choses de fidèles, il faudrait que j’étudie des textes en grec ancien, en latin, en vieux narrois, etc. Dur ! 

    Pour les Yggardiens, je vais utiliser un maximum de mythologie. Pour le moment, je n’évoquerai que le premier tome, « Novgorod ».
    Si je ne me suis pas trop mal démerdée, j’ai de la mythologie grecque (dryade et la Pythie), du folklore européen (vampires, selkies, loup-garou) et français (petit homme des Tuileries, Dûphon), de la mythologie celtique (Kureno), un contre japonais (Orochimaru), des croyances africaines (un homme-lion), mythologie nordique (Yggdrasil)… et peut-être la mythologie étrusque… Je pense ne rien avoir oublié… Bien, cette énumération est restrictive, car tout l’univers des Yggardiens fonctionne avec la mythologie. Et ce n’est que le début… 
    Bien sûr, j’évoque surtout des choses « concrètes » et « physiques » ci-dessus. Mais il y a plein de chose « impalpable » comme la numérologie, les symboles, prophétie, mode de vie… J’oublie certainement des choses…
    Et dans le tome suivant (que je tente de rédiger), il y aura aussi beaucoup de choses variées !

    Je sais ce que j’oubliais ! Pour essayer de faire des choses construites, bien faite, je ne sais pas comment dire, j’aime beaucoup lire des livres sur l’histoire des religions, sur l’interprétation des mythes. J’aimerai bien aussi mettre la main sur des ouvrages de mythologie comparée, mais ce n’est pas facile.
    Mes cours d’archéologie, aussi surprenant que cela puisse paraître, m’aident pas mal pour mettre certaines choses en place. Je pense que pour faire un bon écrit qui utilise la mythologie, il faut aussi avoir des connaissances sociologiques, ethnologiques, anthropologiques et historiques pour comprendre comment les mythes, les légendes et le folklore se sont construits.

    Dans « Novgorod », j’ai essayé de mélanger tout ça dans le but de créer des pistes d’ouvertures pour les prochains tomes. Je ne compte pas faire une « saga » linéaire, mais plutôt des cycles qui s’emboiteraient les uns dans les autres ? Je suis clair ou pas ? Probablement que non… Par exemple, les trois premiers tomes devraient se suivre, mais ne le cycle se terminerait pas à la fin du troisième. Le quatrième tome (et les quelques suivants) repartira sur un autre cycle qui pourrait lui-même être recoupé par le premier, voir par un nouveau cycle…
    Mais je m’égare.

    Les Yggardiens ne sont pas les seuls récits que j’ai écrits où j’utilisais de la mythologie. Mais ces récits sont anciens et (très) mauvais… Mais à chaque fois, j’ai essayé de faire dans l’originalité, mais je ne suis pas sûr d’avoir réussit mon coup !

    Je pense que j’arrive à la fin de cet article. J’ai l’impression de n’avoir rien dit ou d’avoir dit des choses intéressantes…


    « A Dangerous MethodLa prophétie »

  • Commentaires

    1
    Samedi 28 Janvier 2012 à 12:00
    La mythologie est une très bonne source d'inspiration c'est sûr. C'est marrant d'ailleurs parce que en tant qu'auteur je trouve ça génial d'interpréter à sa guise, mais en tant que lecteur j'avoue être très vache et tirer la langue dès que c'est pas respectée, enfin surtout quand c'est faux (l'autre jour j'avais bondis à "Isis déesse de la lune" !). En ce moment je lis une fantasy uchronique/mythologique très sympa nommée "entrechats", en gros on se retrouve dans une égypte du présent (avec voiture and co) mais qui a gardé les traditions du passée, et où il y a de la magie. Si ce n'est Kheper qui apparaît en chat (mais après on comprend pourquoi) j'ai trouvé ça très instruits, respectueux de la mytho égyptienne, et en même temps réinterprêté. Bref une réussite (critique à paraître en février je suppose). En mythologie comparée je te conseille "le héros aux milles et un visage" de Campbell (tu trouveras la critique sur mon blog). C'est culte et vraiment passionnant. Sinon tu suis quoi comme cours d'archéo ? ça me fait trop rêver, je retournerais bien à la fac rien que pour ça (je n'ai fait que la première année licence hist de l'art / archéo, entre autre parce qu'on a eut qu'un cours d'archéo proprement dit au deuxième trimestre). Enfin oui je suis tout a fait d'accord que les sciences sociales sont vraiment très intéressantes pour construire des récits SFF, par exemple pour comprendre l'évolution des sociétés, le rapport entre société/individu etc. D'ailleurs si t'as des bons livres à me conseiller je prends !! Je cherche des livres qui aient un point de vue global, de synthèse, ce qui est dur à trouver ! en ethno par ex où c'est plus ou moins toujours des cas particuliers (la culture du peuple X, l'intégration de telle tranche de population...) Enfin avec ce que je me souviens des modules anthropo (j'avais pris en deuxième choix, zut comment on dit... en complément de la licence là première année quoi), l'ethno c'est l'étude de terrain, l'anthropo c'est la réflexion globale. M'enfin je ne trouve pas de livre à la réflexion "vraiment" globale quoi. Genre "vie et mort d'une civilisation" ou "l'homme et la nature depuis la préhistoire". J'en demande trop peut être ^^ ?
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :