• La grotte des rêves perdus

    "La grotte des rêves perdus" ("Cava of forgotten dreams" en VO) est un film documentaire de Werner Herzog.

     

    Synopsis :

    C’est une grotte immense, protégée du monde depuis 20 000 ans parce que le plafond de son entrée s’est effondré. C’est un sanctuaire incrusté de cristaux et rempli de restes pétrifiés de mammifères géants de la période glaciaire. Pourtant, ce n’est pas le seul trésor que ce lieu unique au monde avait à nous offrir…
    En 1994, au sud de la France, les scientifiques qui ont découvert la grotte sont tombés, ébahis, face à des centaines de peintures rupestres, des œuvres d’art spectaculaires réalisées il y a plus de 30 000 ans – presque deux fois plus vieilles que les peintures rupestres les plus anciennes découvertes jusqu’alors. Ces dessins, ces œuvres, ces témoignages exceptionnels ont été créés à l’époque où les hommes de Neandertal parcouraient encore la terre, en un temps où les ours des cavernes, les mammouths et les lions étaient les espèces dominantes sur notre continent.
    Depuis, seules quelques très rares personnes ont été autorisées à pénétrer dans la grotte, et ses chefs-d’œuvre sont restés à l’abri des regards – jusqu’à ce que Werner Herzog obtienne l’autorisation d’y réaliser un documentaire d’exception. Avec ses caméras 3D, Herzog a capté toute la beauté de ces merveilles dans l’un des sites les plus grandioses qui soit. Dans un saisissant voyage visuel, Herzog nous entraîne à à la rencontre de nos très lointains ancêtres, à la découverte de la naissance de l’art, de la symbolique puissante des lieux et des étranges personnes qui vivent aujourd’hui dans les environs.

     

    Bande-Annonce :

    Critique :
    Alors, premièrement, ce film a été tourné pour être vu en 3D. Malheureusement, le cinéma du TNB n'est pas équipé. Donc, je l'ai vu en version normale.
    Je dois bien dire que j'ai été assez déçue. En fait, je m'attendais à autre chose. J'espérais avoir presque un court sur Chauvet et la préhistoire, plus d'image de cette grotte dont l'accès est impossible sauf à quelques chanceux archéologues.
    Au final, je trouve qu'on voit pas tant que ça la grotte, qu'on a peut de contexte archéologique (datation de la grotte, culture préhistorique...) et peu d'information sur les interprétations possibles, pas de comparaisons avec d'autres grottes ornées (comme Lascaux ou Altamira).Oui, un sérieux manque d'explication....Moi même avec mon petit parcours en préhistoire, j'ai pas forcément réussi à contextualisé...Non franchement, ça manque vraiment de fond !
    Pour les archéologues, je trouve qu'on passe un peu pour de cons. Sans remettre en doute le travail ou les capacités de chacun, on manque de crédibilité. Un premier parle de son parcours personnel et lâche qu'il appartenait au monde du cirque avant de bifurquer ; un autre en Allemagne se nomme "Conard" et enfin, Jean-Michel Geneste qui s'y prend comme un pied au tir au propulseur....
    La musique est l'élément dominant du film en fait. Et parfois, ça devient lourd ! Bien que la BO soit sympa, je trouve qu'elle ne se calait pas forcément bien avec les images.
    Les images sont assez dur à juger car c'est filmé avec une simple caméra et probablement à l'épaule.
    Mais le truc qui m'a le plus fait chier et que je trouve n'avait pas sa place dans le film, c'est le présence du maître parfumeur....Oui, un maître parfumeur. Un projet de reconstitution de la grotte est en cour. Pour rendre au maximum l'ambiance de la grotte originale, il faut aussi reconstituer les odeurs...J'ai rien contre la principe, mais sérieusement : à quoi sert ce passage dans le documentaire ? A rien ! Herzog avait fumé du chit à ce moment là ?
    Voilà donc mon avis sur ce film. Je trouve que certains documentaires de vulgarisation sont bien meilleurs que cette réalisation. C'est décevant car Herzog a eu une chance incroyable, exceptionnelle mais n'a pas été en mesure de l'exploité convenablement. Dommage pour le réalisateur de 'Nosferatu, fantôme de la nuit"....
    « Les fleurs du cardinal RichelieuJames Moriarty : A Game of Shadows »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 4 Novembre 2011 à 12:00
    intéressant, je ne connaissais pas du tout ce documentaire de werner herzog , dont j'ai plus le souvenir en tant que cinéaste de films de fiction, notamment le fameux aguirre avec Kinski.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :