• La comtesse sanglante

    "La comtesse sanglante" est un roman d'Andrei Codrescu.

     

    Synopsis :

    rzsébet Bàthory (1560-1614). Comtesse hongroise. Jugée pour avoir torturé et assassiné plus de 650 jeunes vierges afin de se baigner dans leur sang et conserver ainsi une éternelle jeunesse. Emmurée dans un de ses châteaux et nourrie par l'intermédiaire d'une trappe à la fin de sa vie. Enfant douée d'une intelligence et d'un don d'imitation sans limites, tenue à distance par une mère glaciale, et témoin, à l'âge de neuf ans, du viol et du meurtre de ses sœurs. Drake Bàthory-Keresztur, descendant de la comtesse. Américain d'origine hongroise, de retour à Budapest après l'effondrement du communisme alors que les factions royalistes et fascistes tentent de retrouver le pouvoir. A la recherche d'archives sur son ancêtre Elizabeth. Mêlé au meurtre d'une jeune fille. Deux histoires singulières. Le récit effroyable d'une femme gouvernée par des pulsions destructrices. Et celui d'un homme piégé, qui va découvrir qu'il est l'instrument de son aïeule. Deux histoires sans lien, mais qui se donneront rendez-vous dans la plus haute tour d'un château pris dans la tempête... Thriller historique, La Comtesse sanglante repousse les limites du baroque et relie deux mondes fascinants autour d'une intrigue machiavélique. Une œuvre puissante sur la nature des sentiments, la sexualité et la cruauté. Un univers proche de celui de Stephen King ou Bram Stoker. Terrifiant.

     

    http://ekladata.com/LZxnB69vwrIXal6KXqes0nOBfkw.jpg

     

    Critique :

    Mon premier roman sur la célèbre Comtesse Báthory. Et une déception.

     

    Ce roman se découpe en deux parties : une retraçant la vie de la comtesse hongroise, un autre un récit à la première personne de Drake Báthory-Keresztur, un journaliste.

     

    Cette seconde partie est profondément ennuyeuse. Les souvenirs de notre journaliste font parfois des va et viens dans le temps et c’est assez désagréable. Ensuite, son histoire est fade. Pendant un moment, je me suis dit qu’on allait avoir droit à une critique/découverte de la Hongrie postcommuniste, ce qui n'est pas une mauvaise chose, mais que ne me passionnait pas. Ce qui n’est pas le cas. Il part dans des histoires pas possibles et j’avoue que je n’ai pas lu certains chapitres, car j’en avais marre. Je sais donc qui il s’accuse d’avoir tué, mais je ne sais pas comment ni pourquoi. J’ai une vague idée du pourquoi, mais là encore c’est pas très intéressant.

     

    Les chapitres retraçant la vie de Báthory sont à peine plus passionnants. Il y a des va et viens dans le temps, le personnage de la comtesse est peu crédible (surtout dans sa jeunesse ; la manière dont elle se comporte à 4 ans m’a laissé perplexe tant on aurait dit une jeune femme…), et on enchaine les histoires de culs, de sexe, de violence. Il y a un arrière-fond de croyance magique, mais on se demande vraiment ce que ça vient foutre là.

    J’avoue cependant avoir apprécié la tentative de l’auteur d’avoir voulu évoquer la comtesse dans son contexte historique et une approche de sa psychologie et des causes de ces actes. Mais franchement, c’est très vite lassant… et redondant.

     

    Le livre est donc un thriller historique fade, sans dynamisme, sans surprise ni rebondissement. On s’ennuie. C’est vrai que je ne suis pas fan de ce genre de chose, mais à un moment je n’en pouvais plus des histoires de cul (que ce soit celle de Báthory ou du journaliste). Je me suis demandé si l’auteur n’avait pas fait exprès de mettre autant de passages de cul et de torture juste pour faire du « genre ».   

     

    Un livre que je déconseille. Surtout qu’il est assez long (500 pages). J’ai hésité à finir cette lecture tant j’en avais marre. D’ailleurs, je n’ai pas fini l’histoire du journaliste.

    « Mythes et réalités, histoire du Roi ArthurCosima la sublime »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :