• La comtesse des Neiges

    "La comtesse des neiges" est le sixième tome de la Chronique des immortels de Hohlbein.

     

    Synopsis : Sur les traces de Maria, qu'il n'a jamais pu chasser de ses pensées, Andrej et Abou Doun sillonnent une Europe centrale ravagée par la guerre. Dans la forêt enneigée, une chouette aux ailes immaculées les provoque et les guide à la fois, réveillant en eux des instincts primordiaux.

    Dans le pays, les morts inexpliquées se multiplient ; des jeunes filles disparaissent. Victimes, comme le disent les villageois, des appétits de la comtesse Berthold et de son protecteur ? Pour le savoir, il faudra affronter un adversaire redoutable, maître de l'illusion capable de travestir le réel et de les faire douter de leurs sens.

     

    http://ekladata.com/l8axRX3QdfplyAFHFwQLKn70ZME.jpg

     

    Critique :

    C’est avec plaisir que je me suis relancée dans La Chronique des Immortels. Malheureusement, ce tome ne m’a pas super emballé.

     

    En fait, le principal défaut de ce livre, c’est ça quatrième de couverture. En effet, cette dernière dévoile trop de l’intrigue. Du coup, je n’ai pas accroché à l’intrigue et j’ai découvert certains éléments de l’intrigue très tôt.

    D’ailleurs, j’ai trouvé qu’il ne sa passait pas grand-chose dans ce tome. Je n’ai pas retrouvé le côté haletant et dynamique des aventures précédentes.

    Une autre chose que je n’ai pas trop aimée, et qui avait commencé à me gonfler, c’est le côté niais et trop « gentil » d’Andrej. Il est particulièrement exacerbé ici. Heureusement qu’Abou Doun est là pour contrebalancer les bons sentiments de son compagnon. D’ailleurs, j’adore toujours autant le grand Nubien et son humour ironique et noir !

     

    Le décor de ce tome est superbe ! Le temps et surtout la neige sont omniprésents et donnent tous le charme à ce livre.

     

    Bon après, je ne vais pas m’étaler, mais on retrouve tout ce qui fait la plume de l’auteur : de bonne description, des sentiments des personnages toujours décrits avec justesse. Même si l’intrigue n’était pas au top, la plume de l’auteur et son savoir-faire font que le livre se dévore à une vitesse folle. D’ailleurs, c’est très appréciable de lire un roman où l’auteur sait parfaitement doser déroulement de l’intrigue et ressentie des personnages.

     

    Un peu donc déçu par ce tome six, mais cela n’entache en rien mon gout pour cette série.

     

     

    « Sans HonteLe duel, une passion française 1789-1914 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :