• L'homme et le Renne

    "L'homme et le Renne, la gestion des ressources animales durant la préhistoire" est une monographie de Laura Fontana.

     

    4e de couv :

    Gibier de prédilection prisé pour ses os, ses bois, sa viande et sa fourrure, animal sauvage et bientôt domestiqué, source d’inspiration dont témoignent les chefs-d’œuvre de l’art pariétal, le renne organise largement la vie de l’homme préhistorique. Dans cette étude menée au terme de nombreuses fouilles archéologiques, Laure Fontana fait revivre les sociétés de l’Ouest européen qui ont fait du renne l’élément central de leur système économique. Migrations, outillage, habillement, habitudes alimentaires : la place occupée par le grand cervidé dans la vie de nos ancêtres éclaire la lente évolution de l’homme de Neandertal à celui de Cro-Magnon. Une étude majeure.
    Biographie de l'auteur
    Archéologue et préhistorienne, Laure Fontana est chargée de recherche au CNRS.

    L'homme et le Renne

    Avis :

    Un petit livre sur la manière dont certaines populations préhistoriques ont « géré » leur « consommation » (viande, peaux, bois…) de rennes. Ainsi que sur l’économie de ces sociétés où cet animal apparait comme dominant.

     

    Une étude archéozoo assez bien faite (même si mes compétences dans cette branche et en préhistoire soient bien maigres), mais qui n’est peut-être pas abordable par tout le monde.

    Si la partie sur l’éthologie du-dit animal ne pose pas trop de problème, ce n’est pas forcément les cas des chapitres où sont abordés la « gestion » des animaux et des ressources qu’ils « produisent », ni sur celle des économies préhistoriques avec les déplacements saisonniers des chasseurs-collecteurs.

     

    Comme c’est une étude d’archéozoologie, toute la partie sur le symbolisme, etc. n’est pas abordée (que certains n’aient pas de mauvaise surprise).

     

    Une bonne bibliographie (on n’en attend pas moins pour ce genre d’ouvrage).

     

    Quelques défauts ceci dit. Je pense que des schémas sur les migrations, même supposées, des rennes, ainsi que des populations auraient été souhaitables pour permettre une meilleure visualisation des choses (même si je comprends que la réalisation d’un tel schéma ait pu être problématique, voire risquée). Une carte des sites et des régions étudiées aurait aussi été pratique.

     

    Un petit livre pas si facile à lire que cela, mais qui reste assez intéressant et assez bien construit. Mais à mettre entre les mains d’un public déjà un peu connaisseur.

    « Point 1ere publication : La comptineLa folie des Thjazi »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :