• L'heure des elfes

    "L'heure des elfes" est le dernier tome de la trilogie des elfes de Jean-Louis Fetjaine.

     

    Synopsys :

    Le monde, partagé entre les nains, les monstres, les elfes et les hommes, a perdu son équilibre depuis que ces derniers se sont approprié la légendaire épée Excalibur.

    Déchiré entre son épouse, la chrétienne Ygraine, et Lliane, la reine des elfes, le roi Uter a pris la décision de rendre l'épée sacrée et de restaurer ainsi l'ordre ancien. C'est alors que les monstres envahissent le royaume de Logres et anéantissent leurs adversaires désunis. Affaiblis et terrifiés, les hommes se tournent de nouveau vers les elfes, espérant que le peuple des arbres viendra à leur secours.

    Exilée sur l'île d'Avalon avec sa fille Morgane et accompagnée du mystérieux Merlin, la reine Lliane acceptera-t-elle, une fois encore, de tout risquer pour l'amour d'Uter?
     

    L'heure des elfes

    Critique :

    Et voilà donc le dernier tome de cette trilogie des Elfes. Un livre plaisant, mais qui laisse un peu sur sa fin.

     

     

    Je ne vais pas me répéter, mais on retrouve ici les mêmes ingrédients que dans les tomes précédents : sombre, bonne connaissance du moyen-âge et de la légende arthurienne…

     

    L’histoire prend un autre tournant. Les différents peuples sont chacun face à des destins différents et tous accueillent plus ou moins bien le destin qui les attend : la mort, la disparition, l’assimilation.

    De plus, les peuples se divisent par exemple les nains, qui se retrouvent dans les deux camps dans la bataille qui scellera le destin de tous. Il n’y a donc pas de manichéisme primaire. D’ailleurs, l’Innommable (le grand méchant que l’on évoque souvent dans les premiers tomes) est vraiment un personnage intéressant qui reflète bien le destin du monde : sa destruction n’est pas liée aux monstres qui composent le quatrième peuple. Bref, j’ai beaucoup aimé !

     

     

    Ceci dit, je suis resté sur ma fin… Elle est un peu brute et on s’attendra même à ce qu’il y ait un quatrième tome.  

    Pourtant, on est bien à la fin d’un cycle. En voit le monde des quatre peuples qui représente le fantastique/fantasy disparait pour laisser place à un seul peuple qui serait le réel/l’historique… C’est un glissement que l’on voit au fur et à mesure des tomes et qui se termine ici.

     

     

    Pour conclure, je dirais que cette trilogie a été une belle découverte et un bon moment de lecture. Les livres se lisent vite et bien, ils sont assez courts. J’ai beaucoup aimé le mélange fantasy/légende arthurienne et le basculement du fantasy vers l’historique.

    Cependant, je pense que les livres peuvent être difficiles à appréhender, car très semblable aux Seigneurs des Anneaux sur de nombreux points. Ceci dit, la trilogie de Tolkien est très démocratisée maintenant. Je pense que pour des gens ignorants tout de cette série anglaise la lecture sera plus simple. Pour les autres, il faudra tâcher de ne pas tomber dans des comparaisons primaires : Tolkien a créé un sublime univers, mais il n’a rien inventé puisqu’il a emprunté dans de très nombreux mythes et légendes de différentes cultures. Bref, il faut essayer de lire avec un œil critique de ce point de vue là.

     

    Quoi qu’il en soit, je recommanderai cette trilogie des elfes à tout le monde.

    « City Hall, T.04La Reine des cipayes »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :