• Hunger Games (film)

    "Hunger Games" est un film de Gary Ross avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth, Lenny Kravitz, Donal Sutherland.

     

    Synopsis:

    Chaque année, dans les ruines de ce qui était autrefois l'Amérique du Nord, le Capitole, l'impitoyable capitale de la nation de Panem, oblige chacun de ses douze districts à envoyer un garçon et une fille - les "Tributs" - concourir aux Hunger Games. A la fois sanction contre la population pour s'être rebellée et stratégie d'intimidation de la part du gouvernement, les Hunger Games sont un événement télévisé national au cours duquel les tributs doivent s'affronter jusqu'à la mort. L'unique survivant est déclaré vainqueur.
    La jeune Katniss, 16 ans, se porte volontaire pour prendre la place de sa jeune sœur dans la compétition. Elle se retrouve face à des adversaires surentraînés qui se sont préparés toute leur vie. Elle a pour seuls atouts son instinct et un mentor, Haymitch Abernathy, qui gagna les Hunger Games il y a des années mais n'est plus désormais qu'une épave alcoolique. Pour espérer pouvoir revenir un jour chez elle, Katniss va devoir, une fois dans l'arène, faire des choix impossibles entre la survie et son humanité, entre la vie et l'amour...

     

    Bande-Annonce :

     

     

    Critique :

    Pour commencer, je n’ai pas lu les livres. Je ne pourrai donc pas faire de comparaison. De plus, je tiens à dire que quand je vois un film, toute adaptation qu’il soit, je ne supporte pas qu’on ne dise « oui, mais dans les livres, c’est mieux expliqué ». Un film se doit d’être clair sur certains points, et d’en approfondir certains.

     

    Donc, je n’ai pas aimé ce film. En fait, il a parfaitement répondu à mes craintes : être creux et donner une certaine place à la violence. J’admets qu’il y a pire comme scène de violence dans certaines autres productions. Mais ici, il y a deux choses : le public cible était les jeunes (ado et youg adult), et la violence est surtout sur le fond. Je rappelle que l’on propose de voir des ados s’entretuer pour une téléréalité (pour faire très simpliste).

    Pourquoi je dis que le film est creux : parce qu’il n’y a aucun discourt « philosophique », portant sur une réflexion. Ou du moins, rien que ne soit dit de manière claire et nette ! Pourtant, des choses à dire, je pense qu’il y en avait : les différences entre le Capitole et le District 12 (d’où est originaire Katniss), la manipulation des médias par le pouvoir, la soif de violence et le manque de compassion pour certains, la société du paraitre, la fabrication de jeune tueur (les tributs des premiers Districts sont entrainés pour ses jeux, et ce n’est pas la compassion qui les étouffent)…. Bref, il y avait plein de thèmes importants à développer. Mais ils sont soient très peu abordé soit carrément oublié. Que Katniss ne tienne pas ce genre de discours ne me gêne pas tellement, mais qu’aucun adulte ne le fasse, ça me gêne ! Mais je suis mauvaise, car seul le président Snow, interprété par Donald Sutherland, ouvre quelques portes : sauf que voilà, le fumier de l’histoire, c’est lui ! Donc peu de chance que les gens, et surtout les jeunes, soient attentifs à son discours.

    Si parait peut-être exigeante sur ce point, mais je pense qu’on ne peut ne pas annoncer un film pour « jeunes », montrer tant de violence et se taire sur le reste. Vraiment, il y a un VRAI problème de fond dans ce film ! À plusieurs reprises, je me suis dit : et là, il va y avoir une remarque, une réflexion, un monologue pour critiquer tel ou tel point… Eh bien non.

    Mais qu’est-ce que vous voulez, les jeunes sont surement trop cons pour réfléchir, trop de réflexion aurait probablement tué le film….

     

    Ensuite, il y a d’autres soucis. Katniss snobe sa mère à fond. On sent que sa maman est un peu à l’ouest, mais quand même ! On a presque l’impression que notre héroïne la déteste. J’ai trouvé ça cruel surtout qu’on ne nous livre pas vraiment d’explication (ou sinon tard dans le film).

    Il y a aussi les « sponsors et le public » des Hunger Games. Ils sont sensés valoriser, aider un candidat. Bref, on a l’impression qu’ils ont un rôle hyper important. Mais j’ai surtout remarqué qu’ils brillaient par leur absence ! Oui, il y a les petits parachutes (bienvenu dans Worms), mais je n’ai pas eu le sentiment que c’était de la part d’un public conquis par Katniss et Pita, mais plus comme un petit cadeau de leur mentor…

     

    Ensuite, j’ai cru que je n’allais pas survivre au début du film. Toute la partie dans le District 12 est à vomir : pas une seule image n’est fixe. Là, ce n’est pas plus un caméraman, qui à la maladie de Parkinson, c’est carrément un âne qui avance avec la caméra sur le dos ! À vous donner le mal de mer ! Je pense d’ailleurs que certains plans se voulaient dramatiques pour montrer la misère du Disctrict… Et bien c’est raté. On voit la misère, mais on a du mal à prendre les gens en peine tant c’est mal filmé ! Une horreur ! J’irai presque à dire que c’est une honte d’avoir fait des plans aussi mauvais ! Des lycéens en audiovisuels feraient mieux !

    Heureusement, les choses changent dès que Katniss et Pita (oui, comme le pain grec) quittent le District. Après, je pense que je n’ai pas grand-chose à dire sur la manière de filmer.

     

    Bon, il y a eu quand même de bons points pour moi.

    Le premier, c’est Donald Sutherland. Mais c’est juste parce que j’aime cet acteur.

    Ensuite, Katniss. Je suis athée, mais si j’avais été croyante, je me serai mis à genoux, j’aurais levé les bras au ciel et j’aurai hurlé : merci Seigneur. Pourquoi ? Parce que, enfin, j’ai pu voir une héroïne au physique normale ! Avec des joues, des bras et des jambes normales !   Et pas une sous-alimentée, pour ne pas dire anorexique ! Comment ne pas être heureuse de se dire « putain, elle me ressemble ». J’ajouterai que l’actrice n’est pas mauvaise non plus.

    Ensuite, les performances d’acteurs ne sont pas trop dégueu.

    J’ai eu du mal à m’attarder sur la musique, mais j’ai beaucoup aimé le petit sifflement que Katniss utilise pour faire chanter le geai moqueur.

    Allez, je suis un peu mauvaise. On peut dire du bien de Katniss. Elle ne cherche pas à tuer, mais à survivre. Quand elle tue, une seule fois, elle fait en fait preuve de compassion. Elle est gentille, elle a une volonté de gagner, mais pas d’écraser les autres, elle se sacrifie pour sauver sa petite sœur ; elle est débrouillarde, mature, autonome… Il y a des bonnes choses à dire. Mais l’héroïsation de Katniss ne suffit pas à rattraper toutes les lacunes.

     

    Voilà donc pour ce film.

    J’ai du mal à comprendre comment on a pu laisser cette violence (le principe des Hunger Games est tout de même monstrueux) sans essayer d’y apporter de la réflexion. Outre cela, il y a un vrai manque de fond. J’ai l’impression que l’on s’est plus formalisé sur la forme.

    Des petits bons points cependant, mais ils ne parviennent pas à rattraper cette mauvaise réalisation.

     

    Comparé à d’autres films jeunesse, je pense à Harry Potter, à Percy Jackson, je me montre plus dure sur les réflexions que peut apporter ce film. Il faut dire que la grande différence vient du thème aborder : la violence. Là où les HP et autres du genre proposent plus des « voyages initiatiques », des « découvertes de soi », Hunger Games proposait, je pense, plus une critique de la société et de sa violence. Malheureusement, ce film est juste de la violence. Il n’y a ni critique ouverte (et facilement compréhensible) ni réflexion.  


    PS : Ty, je compte sur toi pour me filer les livres !

     

    « Lame de corsaireSans Âme »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Avril 2012 à 12:00
    J'étais parti pour juste un commentaire sur cet article et mes doigts se sont laisser allé a tapoter n'importe comment sur le clavier sans aucune retenue du coup j'en ai carrément fait un article sur mon blog : http://www.we-can-utopia.com/article-autour-d-hunger-games-103025307.html
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :