• Enfermement

    Voila mon texte pour le concours d'automne du forum Autres Mondes, sur le thème "Dans les couleurs des écoles la nuit".

     


    Enfermement

     

    « Quand j’étais enfant, je rêvais de me faire enfermer, la nuit, dans mon école, histoire de me faire peur. Il faut dire que j’étais très intrépide et audacieuse. Malheureusement, je n’avais jamais pu rendre se désir réel.

    Mais aujourd’hui, je suis une adulte et ce soir, je suis enfermée dans mon université. Ah !, le rêve. Je me suis cachée dans un coin à l’abri des regards. J’ai attendu plus de minuit, car j’ignore s’il y avait des gardiens la nuit. Je vais avoir trois bâtiments, B, A et N, rien qu’à moi ! Les trois espaces sont reliés entre eux par des couloirs de verre et forme une sorte de S. Un peu de quiétude aussi. Je supporte mal la compagnie des autres. Je trouve ma vie fade et sans intérêt comparer aux leurs. De toute façon,  personne ne vient jamais me parler.  

     

    J’ai enfin pu parcourir les couloirs vides. Mon exploration nocturne a commencé par le bâtiment B, celui que je fréquente le plus assidument, celui où se trouvent mes amphis préférés et les salles de cours à l’étage. Tout est silencieux. Malheureusement, tout n’est pas aussi sombre que ce que j’aurai espéré. En effet, les lanternes des issus de secours sont puissantes et diffusent leurs lumières dans les couloirs. Mais au final, cela n’est pas déplaisant puisque cela me donne des frissons : mon ombre m’effraie.

    J’entends le bruit de mes pas résonner dans ce vaste espace vide que je connais habituellement grouillant de monde. Je m’amuse à marcher, à m’arrêter pour faire résonner l’écho. Je prends garde à chaque recoin de peur de tomber sur un vigile. Je ne suis pas sûr qu’il y en ait. Mais bon, cela donne du piquant à la nuit.

    Soudain, alors que je suis à l’étage, je perçois des bruits de pas. Ce ne sont pas les miens puisque je suis assise tranquillement à terre. Un gardien ? Je cherche, aussi silencieusement que possible, à me dissimuler. Si je me fais prendre, je vais payer mon excursion nocturne très chère auprès de l’administration. Le couloir dans lequel je me trouve ne se prête guère à une partie de cache-cache. Alors, je me rends discrètement vers la petite aile centrale du bâtiment B. Ici, je pourrai facilement voir arriver la sécurité.

    Cela fait un bon moment que les pas se font entendre. Mais personne à l’horizon. Cependant, j’ai l’impression que des ombres se déplacent autour et non loin de moi. Par moment, j’ai l’impression d’être la proie d’un prédateur, un peu comme dans les vieux films d’horreur ou de vampire que j’affectionne tant.

     

    Cette fois, j’en suis sûr. Il y a un autre abruti qui s’est laissé enfermer dans le bâtiment et qui cherche à me faire peur ! Je suis sûr que ce n’est pas un vigile. J’ai ouvertement manifesté ma présence et l’ombre ne s’est pas approchée. Si je chope ce neuneu, je lui éclate la tête ! Il gâche ma nuit ! Voilà pourquoi je n’aime pas les autres, ils me déçoivent sans arrêt !

     

    Folle ! Je crois que je deviens dingue ce coup-ci !

    J’ai poursuivi l’ombre. Je voulais, vraiment savoir qui était cet idiot qui m’avait tant fait sursauter. Mais c’est elle qui m’a trouvé. Et… ho mon dieu. Au début, j’ai cru rêver, être la victime d’une hallucination. Mais quand j’ai senti ses mains sur mes épaules et son souffle glacé sur ma nuque, j’ai su que j’étais bel et bien dans la réalité.

    Cet homme qui m’a agressé dans le bâtiment, c’était Dracula ! Ou Christopher Lee, tant il ressemblait au personnage du film de la Hammer. Mais l’acteur est bien trop âgé pour arpenter la nuit les couloirs de ma petite fac… Et qu’est-ce qu’il foutrait là ?

    Comment expliquer correctement ce que j’ai vu sans que l’on me prenne pour une folle ? Je l’ignore. Je crois que c’est impossible…

    Quand j’ai compris qu’il allait me bouffer, j’ai détalé comme un lapin. J’ai carapaté jusqu’aux escaliers, j’ai descendu les marches quatre par quatre. Je le sentais derrière moi. Avec ses grandes jambes, chacune des ses enjambés valent deux des miennes.

    J’ai réussi à le semer lorsque j’ai pénétré dans le bâtiment A, en passant par le passage vitré qui relie les deux bâtiments. Ce dernier ne semble pas pouvoir passer d’un lieu à l’autre sans y être invité. Cependant, en cas de doute, je suis allée me planquer dans le bâtiment N, accolé au A grâce à un couloir neuf.

    Malheureusement, j’étais autant en sécurité à cet endroit qu’un agneau au milieu de loups enragés. Si l’apparition de Dracula-Lee m’avait effrayé comme jamais je ne l’avais été, que dire de l’apparition du bât N. Comme dans le film, j’ai d’abord vu son ombre se déplacer sur un mur… Nosferatu. Puis, je l’ai vu, lui. Pendant un bref instant, je ne me suis pas demandé pourquoi je ne m’étais pas laissé sucer le sang par Dracula-Lee…au moins, lui il était bel homme.

    Une nouvelle fois, j’ai fui. Je ne savais plus quoi faire. Le bâtiment A m’apparaissait comme le seul refuge possible. Et encore, sur qui allais-je tomber ? Lord Rutheven ? Carmilla ? Prise de panique, je suis allée m’enfermer dans les toilettes. Je regardais ma montre : 3 h du matin. Au pire, les premières personnes arriveront à 6 h. Il me fallait tenir encore de longues heures.

    Suis-je devenue folle ? Y a-t-il des vampires dans mon université ou ma peur me fait-elle mes pires angoisses ? Non, je ne peux pas avoir rêvé. Je les ai vus tous les deux. J’ai senti Lee contre moi…

     

    Mon dieu, j’entends des pas qui viennent par ici. Je ne vais pas m’en sortir !

     

    Article issu du journal local :

    “Mort suspect à l’Université.

    Une jeune femme d’une vingtaine d’années a été retrouvée morte hier matin dans la fac de lettre […] La victime avait les poignets tailladés, laissant penser à un suicide. Cependant, d’autres marques laissent penser qu’elle aurait pu être assassinée […] Ces camarades de promotion la décrivent comme une étudiante discrète et très renfermée sur elle-même.”

    « Certains en rêve...Le sacrifice des Damnés »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :