• Claude Rat

                De tous les personnages du premier tome, il est peut-être celui qu’on voit le moins. Mais il n’en reste pas moins important, car il est le médecin de l’enclave Islandaise.

     

    J’avoue que je me suis bien amusée en créant ce personnage. D’origine française (eh oui, il faut bien un peu de Français dans ce groupe hétéroclite), je l’ai construit au fur et à mesure des réécritures du premier tome. D’abord assez fade et sans vraie personnalité, Claude est devenu un homme du sud-ouest de la France avec un bon accent ! Malheureusement, il est difficile de rendre compte de cet accent dans un récit. Grand, il est juste un poil taillé comme un rugbyman, qu’il a été dans sa jeunesse ! Avec en plus des cheveux longs en catogan, il n’a pas vraiment l’allure d’un médecin.  Son allure imposante n’est cependant pas suffisante pour impressionner qui que ce soit, et surtout pas Eustache (du haut de son mètre soixante-dix) et Novgorod. Il a plus l’allure d’un gros nounours…

    Bon vivant, il aime bien se rappeler ses années d’études, parler de son sport favori (vous devinez lequel) et, pourquoi pas, jouer un peu l’entremetteur…

    C’est un personnage bien dans sa tête et bien dans son corps qui malgré son âge, une cinquantaine d’années, a quelque chose d’un adolescent. Comme il le dit si bien « être jeune, c’est dans la tête ».

     

    Son rôle est principalement celui de faire c**** Eustache pour qu’il se soigne. Peine perdue vu le caractère de bourrique que peut avoir ce dernier.

    Si Dajan peut-être considéré comme la conscience de Novgorod, Claude est celle d’Eustache. Et heureusement que quelqu’un prend la peine de rabrouer un peu le vieux professeur.

    Il prend aussi bien soin de Novgorod qui a bien besoin de soutien dans l’Enclave qui lui ait quelque peu hostile. Dajan peut assurer une partie de cette tache, mais il ne loge pas au Manoir.

     

    C’est assez un personnage qu’on verra relativement peu. Ne participant pas aux missions, il reste à l’enclave où il exerce. D’ailleurs, que peut-il bien faire de ses longues journées si personne ne vient en consultations ?  

     

                J’avoue ne pas trop savoir quoi dire de plus sur ce personnage très secondaire. Mais je l’aime bien et il sera là jusqu’à ce qu’il n’ait plus la force de suivre les choses. À cinquante ans, il a de la marge même si Novgorod et Eustache sont épuisants.

     

    Et désolé, je n'ai pas dessin à proposer....