• City Hall T.01

    "City Hall T.01" est un manga d'origine française (ça porte un nom spécial ?) de Guillaume Lapeyre pour le dessin et Remi Guerin pour le scénario.

     

    Synopsis :

    Imaginez un monde où tout ce que vous écrivez prendrait vie. Imaginez mainte- nant qu’un individu utilise cette arme avec les plus sombres desseins... À situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle, les forces de police de City Hall n’ont d’autre choix que de faire appel à deux des plus fines plumes de Londres : Jules Verne et Arthur Conan Doyle !

     

    http://ekladata.com/lY_acyZsLDb_WG_qyyZcLMW7XE8.jpg

     

    Critique :

    J’avais hâte de découvrir ce manga français qui mettait en scène le papa du capitaine Nemo et de Sherlock Holmes. Ce premier tome est assez sympathique, mais joue avec un peu trop de cliché et de déjà-vu.

     

    Le point fort de ce manga est sans conteste son scénario. Plus personne n’écrit à la main, car les écrits prenaient vie. Dans ce monde futuriste, les ordinateurs et les machines à écrire sont les seuls supports existants. Le scénariste a très bien travaillé la relation auteur-écrit ainsi que son rapport avec son support.

    Après, il y a des points de détails à chipoter. Pour commencer, le trouve très dommage qu’un français est choisi de se faire dérouler l’action à Londres (City Hall étant la nouvelle Londres).  Choix qui ne m’aurait pas gêné si le personnage principal avait été Conan Doyle. Or là, c’est Jules Verne. C’est dommage que les scénaristes choisissent toujours de transporter des personnages français à Londres et pas des personnages anglais à Paris. Le Paris du XIXe n’a-t-il donc aucun charme ?

    Pour parler des personnages, ils sont tous forts sympathiques, même Verne qui est un poil sur de lui. Pour Conan Doyle, c’est un peu dommage qu’il ne soit d’une sorte d’avatar de son propre personnage de fiction, Sherlock Holmes. Cependant, même si je ne suis pas une grosse érudite sur les écrits de Verne, je n’ai pas eu l’impression de retrouver son univers littéraire.

    Parce qu’il faut toujours une jolie fille dans un trio, c’est l’Américaine Amelia qui vient s’incruster. C’est un personnage féminin fort, mais que je trouve, ô combien, caricatural. C’est la fille avec un corps de rêve (gros nichon, taille fine), des vêtements très sexy et qui savent se battre et tirer au pistolet comme personne… Lara Croft, sort de ce manga ! Je ne sais pas d’où cela vient, mais les nanas foutues comme des déesses et avec le caractère de John MacLane, ça commence à me barber… Un peu d’originalité bordel ! Surtout qu’une fille avec une telle paire de nichons ne peut pas courir ! Bref…

    Et n’oublions pas le « méchant » de ce mange, Lord Black Fowl. Lui aussi est un peu caricatural sur les bords : le côté corbeau, le masque… Mais comme pour Amelia, il n’est reste pas moins un personnage travaillé et intéressant.

    Après, le scénario est ponctué de petit cliché pas forcément mauvais, mais qui font perdre un peu en charme : le poème de Poe (qui aurait au moins pu être présenté en anglais, ou alors signalé de quelle traduction il s’agit [Baudelaire ou Mallarmé] ; le technologique de Verne face au fantastique de Black Fowl ; le majordome à petite moustache ; le maire noir [qui est bien seul d’ailleurs].

     

    Pour le dessin, il n’y a pas grand-chose à dire. Les personnages ont des physiques très différents et travaillés. Je remettrai une couche pour dire que le design d’Amelia, lui, est trop caricatural pour être pleinement apprécié.

    L’univers technologique est très beau à la fois futuriste et steampunk.

    Le manga est très dynamique dans sa mise en page, mais certaines scènes sont un peu brouillonnes et on ne suit pas toujours très bien ce qui se passe.

     

    J’ai l’impression d’axer ma critique sur les défauts du livre et peu sur ses qualités. Mais quoi qu’il en soit, c’est un manga très sympathique qui se lit facilement et avec plaisir et on évolue dans un univers original.

     

    « Mary KinglseyLes aigles de Rome, T.01 »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 30 Août 2012 à 12:00
    J'ai pensé plus ou moins la même chose pour le personnage d'Amélia et son caractère m'a un peu barbé. Par contre, Verne m'éclate assez et le dessin est franchement bien foutu. Je suis resté scotché devant. Rah putain, mais que c'est beau ! Pour les défauts, je partage ton avis sur la plupart d'entre eux. C'est vrai que ça reste assez bateau sur certains points, bien que l'idée de départ soit aussi originale qu'intéressante, n'empêche que je suis curieux d'en connaître la suite. :) Nb : Ah 'ui, logiquement, les mangas français s'appellent Manfra ( ou franga ), mais ça reste assez peu utilisé. ^^
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :