• "Challenge Three" de Caliope

    Allez hop, une fois encore, je participe au Challenge que Caliope propse. Ce n'est pas forcement le challenge qui m'en le plus inspiré, mais j'ai quand même tenté de relever le défis.

     


    Le Collier.

     

     

                Il fait noir.

    Non, noir n’est pas le mot qu’il faut. Ce sont les Ténèbres qui m’entourent. Et puis je me sens comme écrasé, une pression sans nom me pousse vers un fond qui n’en est pas un.

    Je ne me souviens plus de rien. Je sais juste que je n’ai pas toujours évolué dans cet…univers.

     

    Un jour, pourtant, quelque chose a changé. J’ai senti la terre, ou du moins la chose qui me recouvrait, bouger. Je sentais les ondes se diffuser et passer au travers de moi. Puis, j’ai eu l’impression que la pression était bien moins forte.

    Lentement, la sensation de lourdeur se dissipa. Je me sentais presque renaitre, comme soulagé. Les grains de terre qui se frottaient sur ma face se faisaient moins agressifs. Je crus même entendre du bruit.

     

    Un miracle finit par se produire : ma chaine sentit l’air ! Oh oui, de l’air ! Je sentis l’oxygène s’attaquer au fer de mes mailles. Que ces blessures étaient douces en comparaison de l’épouvantable sensation d’écrasement. Les doux poils de quelques choses – un pinceau ? une plume ? – vinrent délicatement brosser mes petits maillons. Un objet en fer dégageait la terre qui recouvrait et cernait ma chaine.

    Lentement, je regagnai la surface. La pression disparut complètement, remplacer par une légèreté sans fin. Doucement posé sur une fine couche de sable, seul ma face contre terre était encore agressée par les poussières.

                Je vois des yeux au dessus de moi, beaucoup d’yeux ! Ils ont tous l’air émerveillé ! Comme s’ils n’avaient jamais rien vu de tel ! Ces yeux étaient ceux d’humains. Je me souviens, j’en ai déjà vu…il y a longtemps. Ma mémoire me fait encore défaut.  Je les entends parler…Mais je ne parviens pas à comprendre leur parole. Ils ne parlent pas la même langue que moi. Pourtant, certaines sonorités de leurs mots me sont familières.

    Avec un soin des plus surprenants, les humains me mirent dans un petit sac, fait d’une matière que je ne connaissais pas. Il y a des inscriptions, je ne sais pas les lire.

     

                Du temps s’est écoulé depuis que j’ai été sorti de terre.

    Il m’est arrivé des choses des plus étranges. J’ai été conduit, les Dieux seuls savent où, loin de l’endroit où j’ai revu le jour.

    De très nombreux humains m’ont manipulé. Je suis passé dans divers récipient qui m’ont nettoyé, rafraichi et embelli. Puis je suis passé de main en main, dans des machines….

     

    Aujourd’hui, je trône derrière une plaque de verre d’un transparent incroyable. Un petit bout de carton se trouve à mes côtés. Je ne suis pas capable de déchiffré ce qu’il a dessus mais les humains qui passent sourient toujours. 

     

     

    Parure romaine.

    Epoque Augustéenne (27 av. J.-C.-24 ap. J.C.)

    Fer, argent, ambre.

     

    « Mister Hyde contre FrankensteinNosferatu le vampire »

  • Commentaires

    1
    Isa
    Mardi 28 Septembre 2010 à 12:00
    Tu serais pas archéologue par hasard ? et douée d'écriture aussi ? Très beau texte,très émouvant !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :