• Brynhildur Indridason

    Ah, Brynhildur Inðridason…

    Dans beaucoup de romans des mondes de l’imaginaire, le personnage féminin principal souffre d’un étrange complexe : le complexe de la Schtroumpfette. C'est-à-dire qu’il y a elle et puis des hommes… Il n’y a pas d’autres personnages féminins principaux.

    J’ai donc tenté, dans les Yggardiens, de ne pas faire tomber Novgorod dans ce syndrome.

    Ainsi naquit Brynhildur.

    Bon, faut pas déconner non plus. Il y aura bien d’autres personnages féminins.

     

    Pour Brynhildur, j’avais envie de m’éloigner de l’image de la femme paramilitaire bourrue, bref, un pseudo-homme, du genre Truddy.... Ma walkyrie est donc petite et blonde. Ce physique était aussi pour moi une bonne occasion de jouer le contraste avec Dajan, le grand Kenyan…

    Mais le physique de quelqu’un ne fait pas sa personnalité. J’en ai fait une femme au caractère assez calme, réfléchi, astucieuse et audacieuse. Elle sait ce qu’elle veut et est déterminée.

    D’ailleurs, son nom de famille le montre aussi bien : c’est en réalité un pseudonyme. En Islande, le système ancien de transmission des noms est conservé : on a prénom, suivit du prénom de son père, ou de sa mère, avec l’ajout ‘son’ pour les garçons et ‘dottir’ pour les filles. Et Brynhildur est bien une fille de : Inðridadottir. Si elle a choisi de choisir Inðridason, c’est parce que c’était plus facile pour elle… les recruteurs des Yggardiens ne sont pas forcément de grands féministes…

    Le professeur Eustache apprécie cette femme qui, en plus d’être une force de la nature, a de la conversation. C’est à elle qu’il confit la mission de retrouver Novgorod.

     

    Malgré les obstacles, cela ne l’a pas empêché de devenir le capitaine de THE unité d’élite des Yggardiens : l’unité Odin d’Islande. Ce qui, bien sûr, entraine une certaine frustration chez ses camarades masculins.

    Et comme bras droit, elle a Dajan.